« Grand remplacement » : la dynamique démographie

®DR

Pour la quatrième année consécutive, la France a accusé en 2018 une baisse de sa natalité. Selon le bilan démographique récemment publié par l’Insee, c’est douze mille naissances en moins par rapport à 2017.

 

Si ce rapport se veut positif en rappelant que la France compte dorénavant près de 67 millions de personnes, que notre croissance démographique de 0.3% par rapport à l’année précédente reste majoritairement due à un solde naturel positif, s’il s’enorgueillit enfin de voir la France conserver son titre de pays le plus fécond d’Europe, il ne saurait cependant cacher la pente sur laquelle s’est engagée notre démographie, et au-delà, celle de notre continent. Et cette pente est descendante.

 

Car l’Europe se dépeuple. Ou du moins, elle se dépeuple d’Européens.

 

Depuis près de soixante ans, le taux de natalité de l’Europe n’a cessé de diminuer, passant de 18 naissances par an pour mille habitants en 1960 à un peu plus de 11‰ en 1995, date à laquelle le taux de natalité a commencé à dangereusement flirter avec le taux de mortalité. Vingt ans plus tard, les courbes se croisèrent, les naissances se firent moins nombreuses que les décès. Quant aux projections pour les années à venir, elles ne sont guère réjouissantes. Selon l’Ined, en 2019, le taux de mortalité devrait être d’un point supérieur au taux de natalité. Et à mesure que la génération du baby-boom vieillit, ce taux continuera à croître.

 

Quelle que soit la couleur dont on habille ce phénomène, verte pour l’heure ; quelle que soit la vertu dont on pare le choix de non-procréation, de la sensibilité écologique à la volonté d’accueil inconditionnel de l’Autre, toujours le même ressort : la recherche d’absolution pour les crimes du passé.

 

L’Europe est ainsi le seul continent au monde à connaître un solde naturel négatif. Et alors que la population européenne représente aujourd’hui 9.8% de celle mondiale, elle pourrait n’atteindre que 7.5% d’ici trente ans, loin derrière l’Asie et l’Afrique.

 

Mais rassurons-nous, la population continuera de croître. Et ce, grâce à l’immigration qui permet, parfois elle-seule, à certains pays de voir leur démographie augmenter, comme c’est le cas en Belgique, en Allemagne, au Royaume-Uni ou en Espagne.

 

L’Europe ne s’évanouit que parce que sa disparition a été programmée et acceptée.

 

Comme l’écrivait Hannah Arendt, « avec la conception et la naissance, les parents n’ont pas seulement donné la vie à leurs enfants : ils les ont en même temps introduits dans un monde. En les éduquant, ils assument la responsabilité de la vie et du développement de l’enfant mais aussi celle de la continuité du monde ».

 

Lire aussi : Les enfants qui valaient 20 milliards

 

Le rapport à l’enfant n’est donc rien d’autre qu’un rapport à sa communauté politique. « Chaque génération n’est que la gérante temporaire et le dépositaire responsable d’un patrimoine précieux et glorieux qu’elle a reçu de la précédente à charge de le transmettre à la suivante » écrivait Hippolyte Taine. Or, la logique de déconstruction et d’ouverture radicales au cœur de l’idéologie libérale-libertaire puise sa source dans un sentiment de culpabilité profondément ancré dans nos sociétés.

 

La promesse de l’Europe postcoloniale et post-hitlérienne, enfants illégitimes et monstrueux de l’universalisme des Lumières élaboré en France, et du romantisme politique théorisé en Allemagne, est un renoncement à tout prédicat identitaire pour que puissent se déployer librement sur son sol toutes les identités que son histoire a mises à mal.

 

Mû par un individualisme radical, l’homme n’a plus rien à transmettre. Et le peu qu’il a, il ne le cède qu’à lui-même.

 

Le rapport à l’enfant n’est rien d’autre qu’un rapport à soi. Au-delà de la transmission d’un patrimoine commun, l’enfant est le suprême don des parents, celui de la vie. Il est le suprême sacrifice, celui de s’occuper d’autrui avant de penser à soi.

 

Dans un monde où la nation, forme suprême des communautés politiques, est délégitimée puis déconstruite, le citoyen cède sa place à un individu incapable de se mettre en situation de s’extraire de sa condition primaire pour se mettre en état de voir plus loin que lui-même. Mû par un individualisme radical, l’homme n’a plus rien à transmettre. Et le peu qu’il a, il ne le cède qu’à lui-même.

 

Lire aussi : Marek Jurek : « La Convention d’Istanbul dénature la famille »

 

Quelle que soit la couleur dont on habille ce phénomène, verte pour l’heure ; quelle que soit la vertu dont on pare le choix de non-procréation, de la sensibilité écologique à la volonté d’accueil inconditionnel de l’Autre, toujours le même ressort : la recherche d’absolution pour les crimes du passé.

 

Aujourd’hui, le pardon que notre civilisation recherche semble ne pouvoir se trouver que dans sa disparition, comme si le masochisme occidental avait atteint son stade ultime avec le dépeuplement dont est victime notre continent.

 

.

pgodefrood@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This