Skip to content

Monsieur Darmanin, encore un effort !

Le philosophe Thibaud Collin prend la défense de Génération Identitaire que veut dissoudre le ministre de l'Intérieur

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Remercions le Ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, d’avoir financé sur les fonds de la République une campagne de communication pour Génération identitaire. Rien de tel que l’annonce d’une menace de dissolution de cette association pour en faire connaître la cause et, par accident, souligner le courage de ses jeunes adhérents !

De quoi ces militants se sont-ils rendus coupables ? Seulement d’avoir révélé l’impéritie du gouvernement en matière de politique migratoire, en l’occurrence son incapacité à stopper les flux migratoires et a fortiori à les inverser, seul moyen réaliste à qui veut sauvegarder ce que l’on appelle encore la France. Même Patrick Stefanini, haut fonctionnaire chiraquien bon teint reconnaît dans Immigration Ces réalités que l’on nous cache (paru chez Robert Laffont en novembre 2020) l’énormité du défi que notre pays doit affronter. Le problème est que Gérald Darmanin n’est pas le premier des ministres de l’intérieur à faire des rodomontades sur ce sujet, suivies de ce que l’on sait, c’est-à-dire de (presque) rien. Pour être tout à fait juste, il faut reconnaître que l’Etat n’est pas aidé en cette affaire par l’institution judiciaire dans la mesure où toute mise en œuvre concrète pour inverser le flux migratoire (et bloquer la pompe aspirante) est neutralisée par les juges et la pesanteur administrative et législative de notre « Etat de droit ». Car tel est l’enjeu ultime de cette manifestation de GI dans les Pyrénées : révéler que l’Etat républicain n’assure plus les fonctions régaliennes qui sont les siennes.

Si l’Etat démissionne, alors les citoyens retrouvent leur liberté de se défendre par eux-mêmes

En bonne philosophie politique contractualiste, l’Etat est dépositaire et garant des droits que lui ont abandonnés les citoyens pour assurer la paix civile et éviter ainsi la « guerre de tous contre tous ». Ainsi la réalisation effective de la mission première de l’Etat est le fondement de la confiance qu’il inspire. Si l’Etat démissionne, alors les citoyens retrouvent leur liberté de se défendre par eux-mêmes ; pas seulement défendre leurs propres intérêts individuels mais aussi les intérêts collectifs, au premier chef le droit de la France à demeurer elle-même. Nous n’en sommes pas (encore) là mais on ne peut nier que le laxisme dont l’Etat fait preuve dans ces différentes fonctions depuis plusieurs décennies aboutisse à reconnaître la « légitimité de l’autodéfense » (titre éponyme du livre de Eric Werner paru en 2019 chez Xénia). GI le fait pour l’instant de manière symbolique et sympathique. Craignons qu’il ne soit nécessaire un jour d’être plus direct. On peut bien sûr casser le thermomètre mais il est plus prudent de la part de l’Etat républicain de prendre conscience que la fièvre ne cesse de monter. Souhaitons que Monsieur Darmanin mette autant de courage et d’énergie à lutter contre celle-ci qu’il n’en met pour l’instant à faire des déclarations radiophoniques contre ces jeunes militants !      

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Pin It on Pinterest