Skip to content

Pourquoi, lundi 2 novembre, je ne ferai pas de minute de silence

Face à la terreur islamiste, il ne s’agit pas de faire silence et encore moins dans une salle de classe. La salle de classe est le lieu de la recherche de la vérité, de la transmission des savoirs et de l’apprentissage de la réflexion. Vouloir en faire un lieu dans lequel résonnent les débats politiques, idéologiques et religieux est le meilleur moyen de trahir la mission de l’école.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Face à la terreur islamiste, il s’agit non pas de faire silence mais de parler et d’agir. En effet, ce silence n’est-il pas équivoque ? S’agit-il de valider la tendance officielle à identifier la République française à la liberté d’expression et d’identifier la liberté d’expression à des caricatures ? Samuel Paty a été victime d’un crime abject perpétré au nom du fanatisme islamique. Mais n’a t-il pas aussi été victime d’une conception dévoyée de la liberté telle qu’elle apparaît dans le programme d’enseignement moral et civique (EMC) ? En effet, moquer n’est pas critiquer. En quoi, par exemple, montrer Mahomet les fesses à l’air est-il une manière intelligente de critiquer la religion musulmane, son contenu et ses préceptes ? La moquerie engendre l’indignation et la colère, mères de la violence. La critique est l’exercice de la raison qui s’informe et réfléchit.

Lire aussi : Nice : le Pape nous a envoyés comme des brebis au milieu des loups

Le Président de la République a validé, comme beaucoup avant lui, cette identification de la France au droit de se moquer de ce qui est considéré comme le plus sacré par certains. En entrant tête baissée dans cette dialectique, il a jeté de l’huile sur le feu. Il a ainsi sa part de responsabilité dans l’attentat de Nice, conséquence directe du regain de violence islamique à l’encontre de la France. La distribution dans toutes les écoles d’un livret contenant les caricatures de Mahomet faites par Charlie hebdo serait la confirmation que l’école de la République est le vecteur d’une idéologie, le laïcisme. Or il est clair que ce n’est pas la laïcité qui comme telle va résoudre les nombreux problèmes que pose l’islam à la France.

L’idéologie islamique est forte de nos propres renoncements civilisationnels

Comment peut-on croire sérieusement que l’on va rendre les musulmans fiers d’être français en leur adressant le message : France = laïcité = caricatures de Mahomet ? La nature humaine a horreur du vide. L’idéologie islamique est forte de nos propres renoncements civilisationnels. L’école doit offrir à tous les élèves une formation intellectuelle et morale dans laquelle les raisons d’admirer ce qui est grand sont nombreuses. La moquerie ne sait que rabattre tout à sa propre bassesse. Il est urgent que la civilisation française, riche de tant de grandeurs humaines, politiques et spirituelles, soit de nouveau transmise à l’école. 

Lundi 2 novembre au matin, professeur de philosophie, je corrigerai en classe d’hypokhâgne le sujet de dissertation suivant : « Faut-il vivre comme si nous ne devions jamais mourir ? » ; catholique, je prierai en silence pour le repos de l’âme des victimes du terrorisme et pour celle de leurs bourreaux islamistes, pendant la messe célébrée à la mémoire de tous les défunts.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Pin It on Pinterest