Skip to content

Voyage chez les natios

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Il est rare que les choses changent en Corse. Surtout si vite. Surtout en bien. Pourtant, la montée en puissance d'une frange « nationaliste » intelligente, modérée et pacifique, derrière la figure rassurante de Gilles Siméoni, annonce une aube nouvelle sur l'Île de Beauté. Le maquis nous le prenons symboliquement ce jour-là en assistant à l’assemblée constitutive du nouveau parti majoritaire de la mouvance nationaliste, « Femu a Corsica ». Une réunion en figure d’aboutissement d’un demi-siècle de luttes initiées par la famille Simeoni pour parvenir à l’autonomie de l’île, à défaut d’une indépendance que beaucoup, dans les rangs même de la mouvance nationaliste, estiment irréalisable (...)
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest