Skip to content

Érik Tegnér : « L’élection de Jacob est paradoxalement une occasion inouïe pour un courant conservateur, souverainiste et national »

Partage

© Louis Lecomte pour L'Incorrect

Le jeune président de Racine d’avenir, membre de LR, fait aujourd’hui l’objet d’une chasse aux sorcières dans son propre parti. Entretien.

 

Certaines voix chez LR demanderaient votre exclusion du parti. Quelles sont-elles et quelle est leur légitimité pour exiger cela ?

 

Cette question de mon exclusion de mon parti – dont je suis adhérent depuis sept ans – avait déjà été posée lan dernier lors de ma candidature à la présidence des Jeunes LR. Elle était alors soutenue en bureau politique et dans les médias par Valérie Pécresse, Xavier Bertrand ou Jean-Francois Copé, scandalisés que jose prôner un dialogue avec le RN et DLF. Autant de personnalités, on le voit bien, qui sont au bout du compte plus proches dEmmanuel Macron que de la vraie droite. Valérie Pécresse a dailleurs depuis abandonné le navire, mais visiblement en oubliant son gilet de sauvetage au vu du sondage Elabe qui la place à… 5%.

Laurent Wauquiez – poussé injustement dehors par les mêmes – avait tranché définitivement la question de mon exclusion : en tant que militant, je suis libre de mes positions publiques. Son soutien ma beaucoup touché et je lui en suis reconnaissant. Cest la raison pour laquelle je pense que malgré les demandes de certains, Christian Jacob ne mexclura pas. Ce serait un signal négatif de plus envoyé à la base militante, inquiète d’un rapprochement potentiel avec LREM pour les municipales, comme on le voit à Niort et Toulouse. Les sondages nous placent entre 5% et 9% aux présidentielles de 2022. Ils ont besoin de toutes les voix et ne vont certainement pas commencer le rassemblement par lexclusion. Ce serait du suicide. 

 

Lire aussi : Vidéo : Gabriel Robin et Benjamin Demeslay : “Le populisme n’a de sens que si s’il propose de dépasser l’époque”

 

Alors oui, la question demeure : qui veut ma peau ? Visiblement la jeune garde des députés LR. Les mêmes qui jugent que la droite doit, je cite, « sortir de son obsession identitaire ». Je vous laisse le soin de deviner de qui je veux parler. Mais mon objectif nest pas de lancer des anathèmes. Le sectarisme nest pas de mon côté, mais du leur. 

 

Plus profondément, comment jugez-vous les fruits de la « Convention de la droite » vis-à-vis de LR : a-t-elle fait évoluer les choses ou au contraire les a-t-elle bloquées ?

 

Pour la première fois depuis des années, un député LR – Xavier Breton – figurait sur la même scène quun député RN Gilbert Collard – et aucune sanction n’a été prise chez LR. Pas de vague. Pas dindignation. Rien que cela, cest un formidable succès. Le signal envoyé est donc assez simple : en tant qu’élu LR, vous pouvez désormais dialoguer avec des gens de formations politiques plus à droite, sans vous soucier d’être exclu. Alors oui, la tension venant de la gauche est encore palpable, et on le voit en ce moment avec cette polémique hallucinante concernant Bellamy qui aurait commis lirréparable en osant simplement discuter avec Robert Menard, à la suite des inondations à Béziers et dans le cadre de sa mission au Parlement européen !

 

 

L’évolution du côté de LR sera lente et progressive : nous le savions. Il va falloir que des personnalités courageuses se coalisent pour former une courant en mesure de résister face à la tentative d’OPA des centristes et des Macron-compatibles sur LR. Je pense notamment aux parlementaires Xavier Breton et Sébastien Meurant, au conseiller départemental du 93 Vijay Monany – intervenant de la Convention – ou encore au conseiller régional et membre du bureau politique de LR Sebastien Pilard. Sans oublier évidemment Guillaume Larrivé, Julien Aubert, Valérie Boyer ou encore ceux dans la lignée de Bruno Retailleau. Il faut quils fassent naître lespoir dune droite qui ne se cantonne pas à François Baroin, sans être obligée de se jeter dans les bras de Marine Le Pen. 

 

L’élection de Christian Jacob à la présidence ne signe-t-elle pas la fin de votre courant ?

 

J’ai personnellement voté pour Julien Aubert, qui proposait une rupture avec le centre et un véritable projet de fond, axé sur lidentité, la liberté, la défense de notre industrie et de notre civilisation. Ce qui minquiète, plus que l’élection de Christian Jacob, cest larrivée organisée de François Baroin, déjà quasi intronisé candidat de la droite en 2022. Certains ont visiblement oublié quil fut un temps où il se prononçait contre les crèches dans les mairies. Dans les colonnes du JDD aujourdhui, il met sur le même plan lislamiste du conseil régional de Bourgogne-FrancheComté dénoncée par Julien Odoul, et un simple accompagnant scolaire qui pourrait porter un tee shirt à l’effigie dune personnalité politique. Tout en prétendant défendre la laïcité, il opère par ce type de comparaison une banalisation dangereuse du voile islamique. 

Vous le voyez, plusieurs mois plus tard, l’opération de sabordage de Laurent Wauquiez par des jeunes députés aujourdhui promus aux plus hautes fonctions du parti aura parfaitement fonctionné. Cependant, ne pensez pas quune partie des élus se serait soumise. Loin de là. L’élection de Jacob est paradoxalement une occasion inouïe pour tout un courant conservateur, souverainiste et national, de se structurer chez LR. Et de travailler à l’émergence dune candidature alternative à François Baroin et Marine Le Pen. Car ne vous y trompez pas : le match Macron-Le Pen quon nous promet en 2022 sera au profit du premier.

 

Alors oui, la question demeure : qui veut ma peau ? Visiblement la jeune garde des députés LR. Les mêmes qui jugent que la droite doit, je cite, « sortir de son obsession identitaire ». Je vous laisse le soin de deviner de qui je veux parler. Mais mon objectif nest pas de lancer des anathèmes. Le sectarisme nest pas de mon côté, mais du leur.

 

Un sondage du JDD ce dimanche place Marine à 27% au premier tour, et 45% au deuxième tour. Certains semblent y voir la possibilité pour Marine Le Pen de faire sauter le plafond de verre : mais laissez-moi vous rappeler quen mars 2017, Marine Le Pen était également à 27% dans les intentions de vote au premier tour et à 42% au deuxième. Comme souvent – voir les européennes et les présidentielles – les résultats électoraux du RN sont sur-estimés dans les sondages. 

La route est longue, tout peut arriver. Qui sait, Laurent Wauquiez pourrait même revenir. Comme j’ai toujours affirmé que la droite ne pourrait faire sans Marion Maréchal, elle ne pourra non plus se passer de Laurent Wauquiez. Comme de la jeune garde de ces élus conservateurs dont je viens de parler et qui risque de vous surprendre par sa liberté, ses idées et son courage.

 

EXCLUSIF : Le débat-dialogue entre Marion Maréchal et Éric Zemmour

 

En revanche, je profite de vos colonnes pour condamner ouvertement la nomination du maire de Saint-Étienne, Gaël Perdriau, à un poste de vice-président du parti. Cet élu Macron-compatible qui a osé en 2015 un parallèle entre terrorisme islamiste et le soit-disant « terrorisme jambon-beurre saucisson Beaujolais » n’a selon moi pas grand chose à faire dans les instances dirigeantes de LR. On vient presque à regretter Geoffroy Didier (ironie) ! Jaurais largement préféré que Valérie Boyer soit promue à ce poste, mais elle est malheureusement absente de la direction. 

 

Vous faites par ailleurs lobjet dune plainte du CCIF pour islamophobie : cela ne devrait-il pas pousser votre parti à vous défendre ?

 

Que signifie ce terme « islamophobe » ? N’a-t-on plus le droit en France d’être critique à l’égard dune religion ? Qui plus est contre ses éléments les plus radicaux ? Je suis attaqué pour avoir osé critiqué le voile noir islamique, le même porté par les femmes de Daesh. Vous voyez labsurdité

J’ai été soutenu par de nombreux militants de mon parti. Le CCIF est lagent dinfiltration progressive des idées islamistes dans notre société. Cette association politique vise à nous bâillonner : ça ne sera pas mon cas. Et à gagner de largent par des procès en boucle qui attirent les dons.

 

Je profite de vos colonnes pour condamner ouvertement la nomination du maire de Saint-Étienne, Gaël Perdriau, à un poste de vice-président du parti. Cet élu Macron-compatible qui a osé en 2015 un parallèle entre terrorisme islamiste et le soit-disant « terrorisme jambon-beurre saucisson Beaujolais » n’a selon moi pas grand chose à faire dans les instances dirigeantes de LR.

 

J’espère que mon parti saura me défendre. Cest en tout cas une raison de plus pour eux de ne pas m’exclure. À l’heure où le débat sur le voile et lislam est aussi bouillant, que dirait-on si une cible des islamistes est mise dehors ? 

Quoiquil en soit, ma marque de fabrique est la liberté et la sincérité. Je ne céderai rien, ni aux islamistes, ni aux centristes souvent coupables de laisser prospérer ces premiers.

 

Propos recueillis par Jacques de Guillebon

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest