Skip to content
© DR
Caligula ou la fin du «cinéma d’exploitation»
Comme tous les films à l’ambition démesurée et au destin rocambolesque, Caligula est d’abord un rêve de producteur. Et pas n’importe lequel, puisqu’il s’agit du sulfureux Bob Gucionne, magnat de la presse érotique devenu milliardaire en quelques années grâce à la création de Penthouse, magazine qui se targuait de marcher sur les platebandes de Playboy […]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Anouk Aimée : un destin français

Anouk Aimée, c’est encore Federico Fellini qui en parle le mieux. D’ailleurs, ce sont les Italiens, comme souvent, qui ont su capter le meilleur de l’actrice française – à l’instar de Macha Méril, Catherine Deneuve ou Françoise Fabian, particulièrement étincelantes sous les projecteurs de la Cinecitta.

Lire aussi : « Elles vécurent heureuses » : si ce n’est toi, c’est donc ta sœur

Pour Fellini, Anouk Aimé était l’étoffe des grandes stars hollywoodiennes : il la comparaît volontiers à Garbo et Crawford, pour cette façon qu’elles avaient d’aspirer le vide autour d’elle afin de le transformer en lumière. Une définition parfaite du cinéma, dont l’actrice serait le vecteur idéal. Anouk Aimée, ou la “beauté du geste” avait ce quelque chose d’irrésolu sous les yeux charbonneux et sous la carnation, qui est l’essence des divas. 

Enfant de la balle 

Née Françoise Dreyfus, c’est une enfant de la balle, fille d’un couple de comédiens juifs qui doivent fuir la Débâcle pour s’installer en Charente.…

[Cinéma] Hors du temps : César du comique involontaire
Le fringant sexagénaire raconte son confinement avec son frère Michka et leurs jeunes compagnes respectives, non pas dans un 30 m2 à Belleville au-dessus de prostituées chinoises contraintes d’exercer, mais dans la maison préservée de leurs parents, quelque part dans la verte et apaisante campagne de la vallée de Chevreuse. Idéal pour faire du jogging, jouer au tennis, cueillir des cham- pignons ou discuter avec l’âme-sœur des fascinants replis de son âme d’artiste [...]
© DR
Waterloo, 18 juin 1815 : le jour rouge
Au printemps 1815, la facilité avec laquelle Napoléon conquiert la France n’est égalée que par la détermination des Alliés à l’en déloger. Le premier mars, il débarque depuis l’île d’Elbe au golfe Juan, le 20 il s’installe aux Tuileries. Cinq jours plus tard, les grandes puissances européennes créent déjà de toute urgence une alliance contre
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile
« Elles vécurent heureuses » : si ce n’est toi, c’est donc ta sœur
La sororité, c’est la nouvelle tarte à la crème du néo-féminisme: si les femmes ne peuvent pas se blairer, c’est la faute des hommes. C’est la faute d’une culture patriarcale, qui les aurait placées depuis toujours en rivales. Pour aller contre, il faut désormais huiler les mécanismes du col- lectif dans un entre-soi réconfortant. Parce que la grande idée du bien commun a été pulvérisée par la révolution antichrétienne, il ne reste que de petits vivre-ensemble, que des îlots communautaires où les fragilisés se protègent, finalement... de l’adversité.
© Daniel Maghen. Ed
Fournier : mémoires émues
Voilà que Fournier, qui reprit Spirou des mains de Franquin, nous livre ses mémoires. Il jette sur le papier, avec un style un peu assagi (il a 80 ans) limpide, coloré et léger, quelques étapes décisives : le jour où Dupuis l’a trahi en lui reprenant Spirou, qu’il avait fidèlement servi, des blagues de potaches
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile
La Culotte d’Anouilh : les dessous chics
Crée en 1978, trois ans après l’année internationale de la femme proclamée par l’ONU, il nous semble pourtant que La Culotte (puisqu’il s’agit de son titre) a été écrite hier. Jugez par vous-même de l’argument : après une révolution féministe, les hommes sont surveillés de près. Gare à celui qui ferait preuve de courtoisie, de galanterie ou pire de gauloiserie. C’est dans cet univers que nous suivons les tribulations de Léon, journaliste au Figaro et académicien qui a été convaincu d’un crime abominable : il aurait fait un enfant à la bonne. En attendant son procès, dont l’issue serait l’émasculation, le voilà enchaîné au poteau de torture par son épouse, Ada, virago et soutien zélée de la révolution, membre du comité central des femmes libérées du 16e arrondissement, qui le force à faire son auto-critique phallocratique quotidienne.
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile
[Cinéma] Vas-tu renoncer ? : Manet, Baudelaire & Bodet
Et si on était gentil pour changer ? Et si on pouvait croire un temps en l’amendement de la nullité ? Autrice de Porte sans clef, l’un des pires films de l’histoire de la conscience, Pascale Bodet a vu la lumière, ou du moins un lumignon, avec Vas-tu renoncer ? Soit l’amitié aigre et avortée entre Charles Baudelaire et Edouard Manet transposée aujourd’hui dans le style fantaisiste de Serge Bozon & Cie, entre Jean-Pierre Mocky et Eugène Green, avec un doigt de Palettes, la série qui auscultait les chefs-d’œuvre [...]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

L’Incorrect numéro 76

Retrouvez le magazine de ce mois ci en format

numérique ou papier selon votre préférence.

Retrouvez les numéros précédents

Pin It on Pinterest