Skip to content
L’excellence des artisans alpins : Élixir des sommets
François Buttin travaillait comme chimiste dans l’industrie lorsqu’il a décidé en 2015 de tout envoyer valser. Issu d’une famille de Savoyards depuis quinze générations, il avait été éduqué dans l’effort de la marche. Au cours de randonnées, son père lui enseignait la passion des plantes. Parmi toutes celles qu’il rencontrait dans les alpages, François Buttin fut séduit par le génépi. Appartenant à la famille des armoises (comme l’absinthe), le génépi est la plante des sommets. Farouchement indépendante, elle pousse à l’écart des autres plantes, entre 2 000 et 3 200 mètres d’altitude. On la trouve parfois sur des pierriers, dans les barres rocheuses où seuls les bouquetins s’aventurent. Elle suscite l’admiration comme l’edelweiss parce qu’elle est à la fois rare, sauvage et fragile. En 2015, François Buttin reposa pour toujours sa blouse de laborantin.
Le tarabiscot est-il de droite ?
L’Union européenne a prévu d’obliger les éditeurs à indiquer quelles parcelles boisées ont servi à fabriquer les papiers sur lesquels est imprimé le livre d’Annie Ernaux que vous venez d’acheter (mais pourquoi?!). C’est une entreprise impossible, même à coups de QR codes, mais rien n’arrête les zélotes de la transparence (sinon la protection des turpitudes d’Ursula von der Leyen – mais c’est une autre histoire). Comment en est-on arrivé à une interprétation aussi aberrante de l’intérêt général? Pourquoi sécréter une législation aussi contraignante visant à transformer le moindre objet manufacturé, transformé, vendu, en catalogue exhaustif de ses composants – en attendant que s’y ajoute l’intégralité des biographies normées de ceux qui ont contribué à sa fabrication et à sa diffusion? D’où vient ce vertige de plumitifs amoureux des inventaires? Du goût de la complication [ ... ]
Le Valstarino
Parmi les nombreuses questions qui traversent l’esprit du flâneur à Rome, quelque part entre le Colisée et le Forum, il y a celle-ci: qu’est-ce qui a bien pu se passer? On connaît la tendance sur X, qui consiste à demander aux hommes combien de fois par semaine ils pensent à l’Empire romain. Je pense que cela nous a permis de nous apercevoir que nous n’étions pas seuls. L’Empire romain est une sorte d’obsession familière pour beaucoup de monde, comme en filigrane. C’est le souvenir de ce que nous, les Occidentaux, avons été; la nostalgie de la grandeur et de la beauté, et du courage aussi; la conscience que la nature humaine, avec ses scandales politiques, ses blagues de cul et, in fine, sa faiblesse devant les barbares, n’a pas changé; et puis il y a tout un paysage esthétique, à base de cyprès, pins parasols, atriums, tuiles rouges et bords de mer [ ... ]
Le seersucker, uniforme de la dolce vita
Les beaux jours vont arriver ( enfin, cela ne devrait plus tarder maintenant ). Avec le réchauffement et tout ça il est probablement temps de sortir à présent des trucs qui ne donnent pas trop chaud : un costume en lin tabac par exemple, ou un solaro beige avec ses inimitables reflets rouges ; des espadrilles (dans lesquelles, contrairement à ce que chantaient les Nuls, on n’a jamais l’air d’un con), et puis une paire de lunettes de soleil pour mater en terrasse... et pourquoi pas, donc, du seersucker, sous toutes ses formes et dans toutes ses couleurs (enfin les couleurs, c’est vous qui voyez).
Les menhirs sont-ils de droite ?
Quand j’étais petit, nous allions en vacances à Locmariaquer. Plusieurs années durant, nous contemplâmes le Grand Menhir brisé, les alignements de Carnac et la Table des Marchands. Quand je me suis rendu compte qu’il y en avait aussi dans le Morvan et en Lozère, j’ai trouvé ça scandaleux. On ne parlait pas encore d’appropriation culturelle à l’époque mais je n’étais pas loin d’imaginer que de détestables notables morvandiaux avaient forgé, si j’ose dire, ces menhirs-pas-bretons et ces légendes locales suspectes pour attirer le chaland. Je les méprisais avec ostentation et les promenades vers ces pierres frauduleuses étaient vécues comme de diaboliques tentatives de me faire embrasser le mensonge. Je résistais.
La boxe et le MMA étranglés par la bureaucratie
Les États-Unis et la Turquie ont un État profond centré autour de leur lobby militaro- industriel respectif. Assez classe ! On dit que l’Algérie souffre du même mal mais sans l’industrie. En France, on descend encore d’un cran. Car l’État profond français, c’est sa bureaucratie. Ses inspecteurs des finances. Règlements. Stipule. Je soussigné. Chefs de […]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Le retour de la grande absinthe
Au village, sans prétention, j’ai mauvaise réputation » chantait Georges Brassens. Une ritournelle qui colle à l’absinthe depuis un siècle. Faisant l’unanimité dans la dénonciation, les braves gens qu’ils soient puritains, vignerons et même sportifs s’évertuent à entretenir l’opprobre. L’absinthe demeure dans l’imaginaire collectif un alcool qui retourne le cerveau. C’est elle qui a transformé […]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Is « doudoune sans manches » the new « veste en tweed » ?
Depuis Martial (Epigrammes, XII), on connaît l’expression « rus in urbe » (qu’on peut traduire par « campagne en ville »). Le poète latin d’origine espagnole commençait par regretter l’agitation et le bruit de la ville, puis s’extasiait sur la villa de son patron Sparsus. Située au sommet de la colline, silencieuse et spacieuse, avec […]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

L’Incorrect numéro 76

Retrouvez le magazine de ce mois ci en format

numérique ou papier selon votre préférence.

Retrouvez les numéros précédents

Pin It on Pinterest