Skip to content

Jean Carrier, le dernier antipape

Les masses se montrent en général dociles, et les moutons noirs sont l’exception : pourtant, on en trouve à toute époque, anticonformistes, contestataires, hétérodoxes, rebelles, résistants, dissidents, réactionnaires, comme on voudra les appeler. Pour l’historien curieux, ils représentent la pépite scintillant au fond du tamis.

Partage

© Benoit XIII

Au dernier chapitre de la Guerre de Cent ans, alors que la chrétienté retrouvait son unité au sortir du Grand Schisme, un seul cardinal refusera de s’incliner. Depuis près de trois-quarts de siècle, le Saint-Siège résidait à Avignon, sous la protection sourcilleuse du roi de France. À peine rentré en Italie, Gré­goire XI va s’y éteindre, le 27 mars 1378. Élu sous la pression de la foule romaine, son successeur Urbain VI est très vite désavoué par ses cardinaux qui lui désignent un suppléant, Clément VII, lequel s’empresse de regagner les rives du Rhône. Ainsi commence le Grand Schisme d’Occident. Après bien des déchirures, le concile de Constance, en 1417, déposera les deux compétiteurs et nommera un nouveau pontife en la personne d’Oddo Colonna, qui prend le nom de Martin V.

Cependant, le successeur de Clé­ment VII, l’Espagnol Pedro de Luna – alias Benoît XIII – refuse obstinément de se démettre. Réfugié sur le rocher de Peniscola, au nord de Valence, « l’anti­pape » reconstitue en 1423 un « Sacré Collège » de quatre cardinaux. Aus­sitôt après sa mort, trois d’entre eux, créatures du roi d’Aragon Alphonse V le Magnanime, choisissent pour le rem­placer un certain Gil Sanchez Muñoz. Ce Clément VIII finira par abdiquer en faveur de Martin V qui lui offre l’évêché de Majorque. Mais le quatrième cardinal de Benoît XIII, le Français Jean Carrier, ne l’entend pas de cette oreille. Pour lui, l’élection de Clément VIII – à laquelle il n’avait pas participé – est entachée de simonie. Il la déclare donc nulle et non avenue. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Aidez L’Incorrect, faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire Credofunding, vous pouvez obtenir une réduction d’impôts de 66% du montant de votre don.

Choisissez le don en ligne en réglant par carte bancaire ou par virement avec le lien ci-dessous ou par chèque, à l’ordre de Fonds de Dotation CredoFunding, à l’adresse suivante :

Fonds de Dotation CredoFunding – L’Incorrect
41 rue Laure Diebold
69 009 LYON

Pin It on Pinterest