Skip to content

Art contemporain : refaire l’Histoire

Jeune disciple de Jean Clair, esthète et passionné, Benjamin Olivennes livre une esquisse de ce que pourrait être une autre histoire de l’art contemporain, à rebours des mythes fatigués du XXe siècle et du rejet de la représentation. Un livre d’utilité publique.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Le public se moque de l’art contemporain. Non pas qu’il prenne encore la peine d’en rire : il ne le voit plus, tout simplement. Il est vrai que la farce s’éternise. Elle ne mobilise plus guère aujourd’hui qu’une camarilla de milliardaires infantiles, d’ « artistes » aux prétentions burlesques, et de quelques hauts fonctionnaires du ministère de la Culture distingués pour leur exceptionnelle veulerie. Pourtant, la place qu’occupe l’art contemporain dans notre société semble inexpugnable, au point que ses plus vigoureux détracteurs, tel Jean Clair, que Benjamin Olivennes reconnaît comme son maître, se sont lassés de ferrailler avec ses gardiens. L’art contemporain s’impose désormais comme un monde en soi, c’est-à-dire à la fois comme « système, idéologie et horizon d’attente ». Bien sûr, y évoluent quelques artistes, mais par accident, et comme malgré lui.

DÉCONSTRUIRE LES AVANT-GARDES

« La narration, la mélodie, la figuration, la versification, et avec elles l’admiration, et peut-être surtout la beauté, sont des besoins de l’âme humaine et ne disparaîtront jamais »

La force de ce petit livre tient paradoxalement à ce que son auteur se refuse à la polémique. Il n’en est pas moins radical, si radicalité signifie examen critique des racines mêmes de son objet d’étude. L’idéologie de l’art contemporain y est méthodiquement déconstruite, chacun de ses présupposés poliment discutés. Olivennes récuse la philosophie des avant-gardes, simple application selon lui du mythe du progrès à l’art, et souhaite « faire droit au point de vue classique ». Il en revient donc à Aristote, dont il reprend la théorie de la mimésis, cette tendance innée chez l’homme à l’imitation, qui est à la fois aspiration à la beauté, au plaisir, mais aussi goût pour la connaissance et la vérité. Olivennes parie donc sur l’existence d’une nature humaine irréductible à toutes les lois de l’histoire : « La narration, la mélodie, la figuration, la versification, et avec elles l’admiration, et peut-être surtout la beauté, sont des besoins de l’âme humaine et ne disparaîtront jamais ». À la conception téléologique qui sous-tend l’histoire de l’art officielle, il oppose une histoire organique, « en constellation », de l’art du XXe siècle[...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest