Skip to content

Bêtise et hybris, les deux mamelles du complotisme

Bien malin qui saura dire tout ce que recouvre ce drôle de néologisme qu’est le « complotisme », qu’on nomme ailleurs, par anglicisme, « conspirationnisme ». Que veut-on désigner ainsi ? La psychose paranoïaque, qui interprète tout en termes de rapports de force, de ruses et de conjurations ? Ou bien les systèmes, sédimentés en traditions, qui interprètent l’histoire universelle à travers le prisme obsessionnel d’une conjuration de personnalités démoniaques ?

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR / Manifestation des Gilets jaunes

C’est un Allemand, Vogel, qui forgea au XVIIIe siècle, le concept clinique de « paranoïa » à partir d’un mot grec qui désignait pour les Anciens un « trouble de la raison, une folie ». C’est sans doute d’abord cette maladie de la raison que l’on vise aujourd’hui par nos -ismes barbares. Ce trouble qui frappe un jour un homme et lui fait accroire que les Jésuites chuchotent à l’oreille des puissants, que les chrétiens ont brûlé Rome, que les francs-maçons, non contents d’être des imbéciles, mangeraient en sus des enfants ; que les juifs seraient douze dans une cave à Moscou et y domineraient le monde ; ou bien que le centre de la terre abriterait des reptiles humanoïdes, surdéveloppés, protéiformes et reconnaissables dans leur infamie au fait qu’ils se lèchent les babines comme des geckos.

L’historien, qui connaît à la fois les conjurations et les folies, les coups d’État et la puissance auto-réalisatrice des passions tristes, n’a jamais eu le courage morbide de s’atteler à la liste de tous les délirants et de tous les corpus qui ont sévi à travers l’histoire. Peu importe, Dostoïevski l’a fait mieux qu’eux dans tous ses romans. Ce grand moraliste l’a dit : c’est toujours à la théologie morale, mère de toutes les sciences, qu’il faut en revenir si l’on veut comprendre quoi que ce soit. [...]

Le complotisme se fonde sur une philosophie morale faussée à la fois dans ses prémisses, dans sa cosmogonie et dans sa méthodologie et se réfugie bientôt dans un orgueil satanique qui lui donne raison contre tout le monde

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest