Skip to content

[Cinéma] Salo ou les 120 journées de Sodome : fable prophétique

Dans Salo ou les 120 journées de Sodome, Pasolini met en scène les errements les plus viles de notre société libérale, individualiste et peine-à-jouir.

Partage

© Salo ou les 120 journées de Sodome
Le centenaire de Pasolini est passé jusque là inaperçu, peut-être parce que le poète frioulan est de moins en moins soluble dans la moraline ambiante. La ressortie de Salo est sans doute le moment pour remettre les pendules à l’heure et pour saisir toute la part à la fois viscérale et prophétique de son cinéma. Un film qui causa peut-être sa mort, et pour cause : en revisitant à la sauce fasciste une éprouvante « contre-initiation » sadienne, Pasolini met en scène les errements les plus viles de notre société libérale, individualiste et peine-à-jouir. [...]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest