Skip to content

Claire Koç : Gauloise brune

Le prix de l'assimilation, Claire Koç le connaît. Cette journaliste d'origine turque a choisi de se fondre pleinement dans le pays qui l'a accueillie et qu'elle aime passionnément. Choisir c'est renoncer et la voilà qui change de nationalité, de prénom et même de religion, quitte à en payer le prix fort. Une Française digne de ce nom qui défend sa patrie, face à ceux qui voudraient l'assigner « à résidence identitaire ».

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Benjamin de Diesbach pour L'Incorrect

Claire Koç aime la France. Passionnément. Fille d'immigrés turcs, ses yeux s'embuent lorsqu'elle parle de sa patrie d'adoption. La trentenaire, journaliste à France Info, raconte, dans un livre bouleversant, Claire, le prénom de la honte (Albin Michel), son chemin de croix pour s'assimiler à la France. « D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours été fascinée par la France », explique-t-elle. 

Née en 1983 en Turquie dans une famille modeste de confession alévie, ses parents émigrent en France l'année suivante. Après un passage à Rennes, la famille Koç s'installe dans la banlieue de Strasbourg à la fin des années quatre-vingt. Le quartier de la Cité nucléaire est classé « sensible ». Comprendre : quartier multiculturel avec une forte majorité de populations immigrées de culture, si ce n'est de religion, musulmane. Et une forte communauté turque. C'est là que la jeune Çigdem, de son prénom d'origine, grandit.

Adieu Çigdem, bienvenue Claire. La réaction de ses proches est violente. Insultes, crachats, mépris, et enfin, rupture : sa famille la renie, et ne veut plus entendre parler d'elle

Si durant quelques années, ses parents semblent essayer, à défaut de s’assimiler, au moins de s’intégrer, le tournant des années 90 marque une rupture. L'arrivée dans le foyer familial d'une antenne parabolique captant les chaînes télévisées turques déclenche le repli communautaire des parents de Çigdem. Désormais, à la maison, comme en dehors, il faut vivre à la turque le plus possible, et se tenir à distance des Gaulois, ces mécréants. 

Seulement, Çigdem Koç aime la France, rêve de France, se sent française, tout simplement, bien loin des tiraillements identitaires de ses parents ou de beaucoup d'immigrés. En classe, elle se découvre une passion pour l'histoire de notre pays, pour ses grands hommes, sa littérature, sa liberté incroyable et inconcevable pour des Turcs déjà en voie de réislamisation. Peu à peu, Çigdem tombe amoureuse de la France, et commence à suivre un chemin diamétralement opposé à celui de sa famille : l'assimilation. Elle ne désire plus, en secret, que manger, parler, vivre, s'habiller et respirer la France, comme une Française. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest