Skip to content

Pornhub, touché mais pas coulé

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Jour tragique pour les accros de la veuve poignet, sûrement déjà bien éprouvés par les problèmes judiciaires de « Jacquie et Michel » et de « Pascal Op ». Ce 15 décembre 2020, Pornhub, site pornographique bien connu, a supprimé plus de la moitié de son catalogue vidéo. Ceci faisant suite à la parution d’un article édifiant du NY Times dénonçant le fonctionnement criminel de ce site. Pour résumer, Pornhub est la vitrine de Mindgeek, une multinationale tentaculaire et occulte de l’industrie pornographique qui a racheté les plus importants sites de streaming X qui eux-mêmes avaient coulé les studios de films adultes traditionnels grâce au piratage de leurs films. Depuis son siège canadien, Mindgeek, dont les propriétaires réels sont inconnus, exerce un quasi-monopole dans le streaming porno.

Plus grave, les sites de Mindgeek sont infestés de vidéos de viols non-simulés et de vidéos porno mettant en scène des mineurs. Encore pire, la société est très réticente à effacer ces vidéos en question et de nombreuses victimes n’ont jamais réussi à faire supprimer les vidéos de leurs viols qui étaient postées et repostées continuellement sur ces sites. Détruites par ces agressions, souvent commises pendant leur adolescence, ces femmes étaient incapables de faire céder Mindgeek, même en ayant recours à des avocats. Des vidéos de caméras espion et de « revenge porn » sont aussi trouvables sur Pornhub. Plus sordide encore, Mindgeek tirait de l’argent du public pédophile grâce à un large choix de vidéos lorsqu’on tapait des mots-clefs comme « young teen » ou « teen abuse ».

Non seulement Pornhub ne faisait rien contre la pédophilie mais en plus son modèle économique était basé en partie sur l’attrait pour des pratiques illégales, le tout aidé par une modération volontairement indigente (80 modérateurs chez Mindgeek contre 15000 pour Facebook) par rapport au torrent de vidéos uploadées par les utilisateurs. L’article du NY Times se concluait très justement en écrivant que Pornhub était une affaire Epstein puissance 1000. Après sa parution, Visa et Mastercard ont décidé de rompre leurs relations avec tous les sites de Mindgeek, PayPal l’ayant déjà fait l’année dernière. Cette décision a été un véritable coup de tonnerre dans le monde du streaming X puisque Mindgeek semble avoir nettoyé ses sites. En effet les sites de streaming nécessitent de lourds investissements et ne sont pas vivables sans les abonnements des utilisateurs payants, par ailleurs adeptes de pratiques plus extrêmes ou plus ciblées que les utilisateurs gratuits.

Mindgeek a donc supprimé les mots-clefs les plus violents ou faisant référence à des mineurs sur tous ses sites (Tube8.com, Pornhub.com, Youporn.com etc) et a même carrément effacé son site extremetube.com, le plus violent de tous. Tout le contenu uploadé par des utilisateurs non-vérifiés a été également supprimé et le téléchargement de vidéos n’est plus possible. Les concurrents de Mindgeek (Xvideos.com, xHamster.com) semblent avoir appliqué les mêmes mesures, ce qui veut dire que toucher au portefeuille toute cette industrie a été très efficace et a permis de policer, du moins superficiellement, le monde du porno sur Internet.

Reste à savoir si Pornhub pourra survivre sans son contenu amateur et extrême, ou si les utilisateurs payants migreront sur d’autres sites proposant un contenu beaucoup plus explicite situés dans des pays plus laxistes. Nous étions surprises au collectif Némésis de recevoir certains messages se lamentant à cause de la purge de Pornhub ou de nous accuser d’appeler à la censure. Si ça peut rassurer ses utilisateurs, il reste encore des millions de térabits de pornographique gratuite en ligne, il n’y a que le contenu le plus douteux qui a été purgé, et personne ne regrettera la fin du contenu pédophile. Nous espérons cependant, que, sans condamner la pornographie dans son ensemble, certains ont pu prendre conscience que derrière des vidéos se trouvent des personnes de chair et d’os dont certaines ont été violées en direct. C’est à ce prix-là que l’on se masturbe.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Pin It on Pinterest