Skip to content

Les vacances chez les sociaux-pédocrates

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Nous ne pouvons que vous recommander le livre « La familia grande », de Camille Kouchner, déjà évoqué par notre confrère Gabriel Robin. Vu son contenu nous avons néanmoins décidé d’y revenir, elle y décrit parfaitement les relations incestueuses qui ont marquées sa jeunesse. Relations incestueuses au sens propre avec le viol de son frère par son beau-père, ponte de la gauche germanopratine. Mais aussi au sens figuré par les relations croisées qu’ont les protagonistes adultes du récit. Ainsi, le lecteur découvre ébahi un petit monde de grands bourgeois d’extrême-gauche qui passent sans aucun scrupules et en quelques années de Castro et Mao aux entreprises du CAC40 et aux postes dans les ministères de François Mitterrand.

Camille Kouchner est la fille de Bernard Kouchner et d’Evelyne Pisier, intellectuelle de gauche et prof à Sciences-Po qui fut la maîtresse de Fidel Castro (sic) à l’époque où elle et Bernard militaient dans les rangs des étudiants communistes. Kouchner eut aussi une relation avec sa belle-sœur Marie-France Piser, actrice et égérie du cinéma d’auteur français, les deux sœurs sont « partageuses » comme l’explique l’auteur. L’actrice, omniprésente dans le livre, eut aussi une liaison avec Daniel Cohn-Bendit peu après Mai 68. Elle se maria avec Georges Kiejman (avocat de Mitterrand) avant finalement de s’établir avec Thierry Funck-Brentano, un des dirigeants de Lagardère et cousin d’Oliver Duhamel, non sans abandonner ses convictions de gauche.

Après la séparation entre Evelyne Piser et Bernard Kouchner, décrit comme un père absent et colérique, Evelyne se met en couple dans les années 80 avec Olivier Duhamel, un brillant universitaire très ancré à gauche (il a écrit un livre sur Allende) qui hantera les facultés, journaux et plateaux de télé pendant les décennies suivantes. C’est à ce moment, alors que Camille a 8-9 ans que le livre plonge dans le sordide.

Dans leur maison de vacances de Sanary-sur-Mer, les anciens 68ards ont abandonné leurs idées révolutionnaires et n’ont gardé de l’esprit de Mai qu’un libertarisme sexuel débridé, seul véritable ciment idéologique de cette clique. Nous sommes pris de vertiges en lisant la description de l’ambiance qui y règne et en imaginant qu’une trentaine d’enfants au minimum y séjournent à chaque vacances (l’endroit est gigantesque). Oliver Duhamel, exhibitionniste patenté dont on apprendra bientôt qu’il est aussi un pédophile bisexuel, ne se gêne pas pour caresser les femmes de ses invités devant sa fille, pourquoi se dérangerait-il après tout ? Sa propre femme est d’accord. Recevant tout le gratin du gauchisme universitaire, dont des ministres socialistes, qui se convertit vite au libéralisme mitterrandien, il n’hésite pas à s’exhiber nu devant les enfants et les incite à faire de même. Photographe amateur, il tapisse les murs de la maison des photos des corps nus des invités et de leurs enfants.

C’est avec les petites carottes qu’on fait les meilleurs ragoûts, ma fille !

Oliver Duhamel à sa belle-fille

Les parents de Camille l’incitent à avoir au plus tôt des petits amis et à leur rouler des pelles devant eux. Lors de jeux, ils lui font mimer un « film de cul » et un adolescent est « déniaisé » par une femme bien plus âgée que lui. Une tentative de viol aura lieu entre deux adolescents, Olivier Duhamel et Evelyne Pisier minimisent les faits et accablent la victime. Camille aussi verra son beau-père embrasser de force une de ses amies de 12 ans sur la bouche pendant les parents de celle-ci ne regardent pas.

Alors que la mère d’Evelyne Pisier sombre dans la dépression (sa propre mère ardente féministe gauchiste, vient de se suicider), les choses n’en finissent plus de s’aggraver : le frère de Camille, lui avoue qu’Olivier Duhamel le viole régulièrement depuis qu’il a 13-14 ans, c’est le déclic pour Camille qui s’effondre psychologiquement, son frère lui fait jurer de ne rien révéler.

L’affaire éclate en 2011 alors que Camille, devenue mère de famille, est terrorisée en voyant le regard lubrique de son beau-père sur son propre enfant. Elle en parle à sa mère mais Evelyne ne soutiendra pas ses propres enfants, arguant que son mari n’avait exigé que des fellations et accusant ses enfants de vouloir séduire son homme.

La rumeur de la pédophilie d’Olivier Duhamel commence à se répandre dans St-Germain-des-Prés, l’atrabilaire Bernard Kouchner est empêché par ses enfants d’aller tabasser le beau-père incestueux mais il se gardera bien de rendre public l’affaire alors qu’une enquête de police est ouverte. Elle sera aussi vite refermée par les autorités. Marie-France Pisier (la tante de Camille donc) meurt dans des circonstances étranges cette année. Pendant une dizaine d’années, Duhamel continue ses activités dans les plus hautes sphères politiques sans être inquiété alors que ses penchants incestueux sont connus de tout le 6ème arrondissement.

Avec la parution du livre, les choses éclatent enfin au grand jour et une enquête est ouverte malgré la prescription. Nous nous en réjouissons mais nous serions extrêmement surprises si ces faits d’abus sexuels se limitaient uniquement aux victimes déjà établies, tout est réuni pour que cette affaire soit de grande ampleur même en supposant qu’Olivier Duhamel soit le seul criminel : il avait accès à un véritable cheptel d’une trentaine d’enfants à chaque vacances. Espérons que cette fois, la justice fera vraiment son travail, enfin.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Pin It on Pinterest