Skip to content

Hold-up chinois dans la corne de l’Afrique

Territoire français d’outre-mer jusqu’à la fin des années 70, la République de Djibouti, petite enclave francophone frontalière de l’Éthiopie, de la Somalie et de l’Érythrée, demeure assez méconnue de la majorité des Français et occupe rarement les colonnes des médias. Néanmoins, depuis quelques années, ce pays est au centre d’un vaste plan de la Chine pour coloniser le continent africain, notamment au travers d’une dette publique endémique.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
©DR

Au confluent de la Mer Rouge et de l’Océan indien, le micro-État djiboutien, indépendant depuis 1977, n’est plus le confetti d’empire qu’il fut autrefois. Même si la chaleur et la sécheresse y atteignent des records, des quantités d’eau ont coulé dans ses oueds depuis le temps où l’écrivain-voyageur Henri de Monfreid s’y livrait au commerce d’armes et de haschich. Encore plus lointaine l’époque où le poète aux semelles de vent séjournait au village de Tadjourah. Autrefois chasse gardée de la France, ce territoire aride et caillouteux d’une superficie inférieure à celle de la Bretagne ne possède quasiment aucune ressource naturelle excepté le sel du lac Assal – qui reste d’ailleurs insuffisamment exploité. En raison des conditions climatiques extrêmes, rien n’y pousse. Même le khat, plante psychotrope dont la consommation est très populaire, est importé d’Éthiopie ou du Yemen. Néanmoins, la position stratégique de Djibouti, au bord du détroit de Bab el-Mandeb, lui confère un certain nombre d’opportunités. C’est par le port de la capitale que transitent les marchandises destinées à l’Éthiopie, cette dernière ayant perdu tout accès à la mer après la sécession de l’Érythrée en 1993.

Si la France a conservé une part de son aura en maintenant la présence d’un contingent militaire de 1 500 hommes, elle a en revanche perdu la majeure partie de ses intérêts économiques

Très dépendant économiquement, le pays est désormais passé sous la tutelle presque exclusive de l’Empire du Milieu au point que les Émirats, en particulier Dubaï, ont vu leur influence dans cette zone s’amenuiser. Si la France a conservé une part de son aura en maintenant la présence d’un contingent militaire de 1 500 hommes, elle a en revanche perdu la majeure partie de ses intérêts économiques. En effet, la plupart des entreprises et des banques françaises ont quitté le pays. Seule exception, la BRED qui a racheté 51 % des parts de la Banque Centrale Indosuez-Mer Rouge (BCIMR).

 Il faut dire que les relations diplomatiques entre la France et Djibouti se sont quelque peu refroidies après l’enquête sur la mort suspecte du juge français Bernard Borrel en 1995. Malgré la condamnation de l’État français à payer 140 000 euros de dommages et intérêts à la famille du magistrat l’an dernier, de nombreux doutes persistent dans cette affaire. En particulier, le rôle joué à l’époque par l’autocrate local Ismaël Omar Guelleh, surnommé « IOG » par son peuple, reste mystérieux. Briguant un cinquième mandat, ce dernier est aux manettes depuis 1999 et contrôle chaque pan de l’économie locale.

Alors qu’elle se contentait de financer des travaux publics jusqu’à l’orée des années 2000, la Chine a depuis considérablement resserré son emprise sur l’ancienne Côte française des Somalis

Profitant du désengagement progressif de la France, les Chinois ont avancé, eux, leurs pions avec succès. Alors qu’elle se contentait de financer des travaux publics jusqu’à l’orée des années 2000, la Chine a depuis considérablement resserré son emprise sur l’ancienne Côte française des Somalis, notamment en finançant à hauteur de 3,4 milliards d’euros la rénovation de l’ancienne ligne de chemin de fer construite par les Français au début du XXe siècle et reliant Djibouti-ville à Addis-Abeba.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest