Skip to content

Jeanne Barret, La première femme autour du monde

Longtemps, le métier de marin est resté prohibé aux représentantes du beau sexe. Au XVIIIe siècle encore, les règlements de la Royale défendaient aux femmes de monter à bord, sauf lors d’une courte visite. Les officiers contrevenant à cette directive encouraient un mois de suspension, les simples matelots quinze jours de fer. C’est ainsi que, pour tourner cette interdiction, une certaine Jeanne Barret n’a pas hésité à endosser l’habit masculin.

Partage

© DR

Fille de métayers bourguignons, née en 1740, elle recevra assez d’éducation pour entrer au service du botaniste et médecin Philibert Commerson, dont elle devient tout à la fois la gouvernante, l’assistante indispensable… et la concubine. Et quand le savant naturaliste décide de participer à l’expédition de circumnavigation de Bougainville, il ne songe pas une minute à se séparer d’un « bras droit » si précieux.

Afin de détourner les soupçons, Jeanne se travestit en moussaillon et s’enrôle sous le nom de « Jean Barret ». Après quoi, elle s’arrange pour être mise à la disposition de Commerson en qualité de domestique. Les cheveux coupés, la poitrine bandée, des vêtements amples pour cacher ses formes, Jeanne donne aisément le change, d’autant qu’elle n’a rien d’une beauté fatale ! Petite et trapue, large d’épaules et de bassin, une tête ronde tavelée de tâches de rousseur, elle est « assez laide et mal faite » aux dires d’un témoin du périple. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest