Skip to content

L’Arioste : déchaîner la littérature

Parce que les éditions du Seuil publient une excellente nouvelle version de Roland furieux, il devient nécessaire de se replonger dans la richesse épique et tumultueuse de l'Arioste.

Partage

© Romée de Saint Céran pour L'Incorrect
mment parler d’une œuvre qui nous domine depuis cinq siècles? Médiocre question du lecteur du XXIe siècle, qui ne pratique plus ni ses classiques ni même ses modernes et se trouve fort démuni devant l’incroyable tourbillon de personnages nés de l’esprit italien renaissant, ou plutôt re-nés, réinventés à partir des matières de Rome, de France et de Bretagne, enlacés pour un ballet sans fin de 38 000 vers. En réalité, l’Arioste, puisque c’est de lui qu’il s’agit, pour génie qu’il soit, emboîte le pas immédiat de Boiardo, dont le Roland amoureux serait au Roland furieux ce que le Hobbit est au Seigneur des anneaux : une préface effacée. [...]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest