L’esclavagiste Fogiel devrait être en prison !

@DR

Marc-Olivier Fogiel vient de publier chez Grasset Qu’est-ce qu’elle a ma famille ?, ouvrage dans lequel, à travers son expérience, il plaide pour une banalisation éhontée de la GPA.

 

Il est odieux de devoir rappeler des évidences. Il y a encore quelques années, on ne croyait pas qu’un jour, il faudrait prendre la plume pour s’opposer à cet immonde trafic de la GPA, que l’on devrait plutôt rebaptiser MEPA (marchandisation et esclavage pour autrui).

 

Il est encore plus odieux de voir les médias – à commencer par Paris-Match – faire la promotion tranquille de l’ouvrage de Marc-Olivier Fogiel, sans lui rappeler les vérités les plus élémentaires.

 

Car contrairement à ce que prétend Fogiel, il ne peut y avoir de GPA éthique. La GPA fait entrer, par principe, le corps humain dans le domaine du marché. Fogiel a acheté 9 000€ sur catalogue l’ovocyte d’une Américaine en prenant soin – dans un eugénisme désormais revendiqué – de choisir celui qui paraissait le plus sain (« il n’y a pas de maladie génétique dans la famille de Jane »). Question : sur son catalogue, le prix variait-il en fonction des qualités de la donneuse ? Fogiel fait sortir l’être humain du domaine de l’être pour le faire entrer dans le domaine de l’avoir. Supprimant la distinction fondamentale du code civil entre les personnes et les choses, il rend possible l’appropriation juridique et financière du corps humain et de ses produits. En cela, il est un esclavagiste des temps modernes.

 

Lire aussi : PMA : la trangression en marche

 

Il a ensuite loué deux fois de suite le même utérus d’une autre femme pour y implanter l’ovocyte choisi, au tarif de 15 000€ la grossesse. Qui pourrait légitimement soutenir qu’aucune relation psychique n’existe entre une femme et l’enfant qu’elle porte ? Serait-ce la même chose de porter un enfant et un panier de courses au supermarché ? Il y a confusion de l’être et de l’avoir. D’ailleurs, voit-on beaucoup de femmes très riches accepter d’être mère porteuse ? Il y a aussi, au cœur de toute GPA, une exploitation de la détresse des femmes. En cela, Fogiel est aussi un esclavagiste.

 

En France, « Le corps humain, ses éléments et ses produits ne peuvent faire l’objet d’un droit patrimonial » (article 16-1 du code civil) et « il n’y a que les choses qui sont dans le commerce qui puissent être l’objet des conventions » (article 1128). C’est pourquoi, « toute convention portant sur la procréation ou la gestation pour le compte d’autrui est nulle » (article 16-7).

Si le gouvernement voulait vraiment s’attaquer au trafic d’êtres humains et respecter la dignité de la femme, il devrait faire voter une loi pour incriminer pénalement Marc-Olivier Fogiel et le faire mettre en prison.

Mais bizarrement, le code pénal ne punit que l’intermédiaire qui s’entremet dans un but lucratif entre deux personnes en vue d’une GPA et non celui qui la réalise à son profit. Si le gouvernement voulait vraiment s’attaquer au trafic d’êtres humains et respecter la dignité de la femme, il devrait faire voter une loi pour incriminer pénalement Marc-Olivier Fogiel et le faire mettre en prison.

 

De plus, sa justification est confondante : il explique avoir eu recours à une vendeuse d’ovocytes différente de la mère porteuse, évitant ainsi à celle-ci de se sentir mère de l’enfant qu’elle porte. En dissociant la génitrice de la gestatrice, il brouille encore plus les repères de l’enfant qui, déjà arraché à sa gestatrice au lendemain de l’accouchement, ne pourra jamais savoir qui est sa vraie mère. Cela ne sera pas sans conséquences pour l’enfant, qui, un jour, sera en droit de demander des comptes à son père.

 

Lire aussi : Le lobbying LGBT est-il devenu une activité d’intérêt général ?

 

Fogiel n’ignore pas que l’un des reproches fait à la GPA est d’instaurer une séparation radicale entre la mère et l’enfant. Qu’à cela ne tienne ! Ses filles iront voir leur mère porteuse une fois par an aux États-Unis. Passons sur la rareté d’une visite censée nourrir les besoins affectifs légitimes de l’enfant. Fogiel espère-t-il qu’un aller-retour Paris-Miami sera remboursé par la Sécurité Sociale ou pense-t-il réserver ce privilège à une élite financière ?

 

Par ailleurs, il affirme avoir dépensé à peu près 100 000€ pour ses GPA. Imagine-t-on le poids qu’il fait peser à ses enfants et le peu de liberté qu’une telle relation marchande instaure ? Si ces derniers ne correspondent finalement pas au modèle souhaité, il pourra être tenté de leur rappeler qu’il a dépensé 100 000€ pour eux ! Quand on sait qu’il n’est jamais facile pour un père de laisser son enfant faire sa vie librement, on devine qu’il est d’autant plus dur de se détacher d’un enfant qui est le fruit d’une appropriation juridique et financière.

 

La séquence médiatique ouverte avec la publication de l’ouvrage de Fogiel participe donc d’une banalisation scandaleuse et criminelle de la GPA qui aurait mérité des rappels à l’ordre de la part du gouvernement et du CSA. Car, malgré ses dénégations, son témoignage ressemble à une opération de propagande voyeuriste dont l’unique objet est de nous faire accepter la GPA, pardon la MEPA. Mais, on ne lâchera rien, jamais, jamais, jamais !

Essayiste

bdumoulin@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This