Skip to content

Ludovine de la Rochère : « Toutes les décisions devraient être prises en fonction de la famille »

À droite, la campagne présidentielle bat son plein. Un sujet fondamental manque pourtant à tous les débats jusqu'alors : la défense de la famille traditionnelle, et toutes les questions bioéthiques que cela soulève. Présidente de La Manif pour tous, Ludovine de la Rochère décrypte ce silence coupable. Entretien.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Bloody Winston

En trois débats, les candidats LR n’ont jamais abordé un thème pourtant central dans le corpus conservateur : les questions bioéthiques, de l’avortement à la GPA en passant par le mariage homosexuel, la PMA et l’euthanasie. Que cette omission vous inspire-t-elle ?

Ils ont été plusieurs à évoquer la politique familiale, le wokisme ou le « iel » dans le Robert qui fait polémique. Ils pensent donc avoir été sur le terrain de la famille et de ce que cela suppose. C’est terrible : ils ne parlent aux familles que par les politiques familiales et la fiscalité, alors que ce n’est qu’un infime aspect de la chose. Quand ils évoquent le wokisme, ce n’est pas par rapport à la théorie du genre et ses dérives malsaines (PMA, GPA, etc.), mais pour pointer du doigt le fait que tel professeur qui n’ait pas pu s’exprimer à l’université. De fait, ils sont très en retrait sur des questions beaucoup plus fondamentales sur le plan anthropologique et sociétal. Je pense que cela explique qu’ils sont pour l’instant assez bas dans les sondages : il leur manque une partie importante des enjeux actuels. Nous sommes dans un contexte d’opposition très forte entre d’un côté le progressisme individualiste libertaire, et de l’autre une vision très pro-famille qui postule le respect de la dignité humaine, des besoins fondamentaux de l’enfant et du mariage.

Ils ont un vrai problème de compréhension de l’importance de ces enjeux, et plus simplement de leur électorat. On sait que François Fillon avait connu une belle montée dans les sondages, et malgré les affaires avait obtenu des résultats loin d’être médiocres en s’exprimant sur ces sujets. Les candidats actuels n’ont pas intégré le fait que ces sujets sont porteurs pour la droite. Le fait que Bellamy ait eu des mauvais résultats aux européennes leur a fait penser que ces thématiques n’intéressaient plus personne. En réalité, au moment des européennes, nous n’étions pas encore sortis de la crise des Gilets jaunes, et une partie de la droite a alors préféré renforcer le pouvoir d’Emmanuel Macron en soutenant la candidate LREM aux européennes. Si un candidat LR veut avoir davantage de voix, il est évident que les sujets de société sur la famille sont incontournables. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest