Skip to content

Marine Le Pen : ce que le peuple de droite vous demande

À Marine Le Pen qui, si l'on en croit les différents sondages, se trouve aux portes du pouvoir, nous demandons une politique résolument de droite, sur tous les plans.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Intéressant, l’entretien que nous a accordé Marine Le Pen. Par ce qu’elle dit mais aussi par ce qu’elle se refuse à dire, pour nous qui croyons encore, ringards que nous sommes, à la pertinence du bon vieux clivage droite/gauche et estimons que le seul combat qui vaille, celui pour la civilisation, s’inscrit dans ce cadre. Notre directeur de la rédaction, Jacques de Guillebon, a eu beau insister, la présidente du Rassemblement national n’a pas démordu de sa ligne : en soi, l’islam n’est pas un problème ; sa présence de plus en plus pesante sur le territoire français n’est pas un problème ; d’ailleurs, ce n’est qu’une conviction religieuse, qui, comme telle, relève de la sphère privée, à l’égale de toutes les convictions religieuses, quelles qu’elles soient.

Lire aussi : L’éditorial de Jacques de Guillebon : La droite sans la droite

Jacques de Guillebon a été gentil. Il aurait pu lui faire remarquer qu’à sa prise de fonctions, le président de la République française devient aussi :

• premier et unique chanoine honoraire de l’archibasilique du Latran ;

• co-prince d’Andorre, avec l’évêque d’Urgel, en Espagne ;

• proto-chanoine de la basilique Notre-Dame de Cléry et de la cathédrale d’Embrun ;

• chanoine honoraire des cathédrales de Saint-Jean-de-Maurienne, Saint-Julien-du-Mans, Saint-Maurice-d’Angers, Saint-Jean-de-Lyon, Saint-Étienne-de-Cahors et Saint-Étienne-de-Chalons, et des églises Saint-Hilaire-de-Poitiers, Saint-Martin-de-Tours et Saint-Germain-des-Prés, à Paris,

mais pas vice-recteur de l’université al-Azhar du Caire, et que tout cela signifie peut-être que la France, fût-elle une République laïque, s’inscrit dans une continuité spirituelle. Il aurait pu lui dire également qu’une différence majeure entre l’islam et le judaïsme, par exemple, est que l’une a pour ambition de convertir et de régenter selon ses lois l’ensemble de l’humanité, l’autre pas. Il aurait pu lui dire cela et bien d’autres choses dans un débat mais il ne s’agissait que d’un entretien, et tel n’était pas son rôle. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest