Skip to content

Mort de Aaron Danielson, dernier acte de la violence antifa aux États-Unis

Le 29 août, dans la ville de Portland, les affrontements entre pro-Trump et militants « antifas » ont conduit à l'assassinat par balles d’Aaron Danielson, soutien du président américain. Cette tragédie illustre la tension palpable entre deux Amériques, à deux mois d’une élection présidentielle à l’issue incertaine.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR
Depuis la mort de l’Afro-américain George Floyd, Portland, plus grande ville de l’Oregon (ouest des États-Unis), est devenu l’épicentre des manifestations « contre les discriminations raciales et les violences policières ». La ville connaît ainsi chaque soir des scènes de violences et de pillages : ainsi, le 16 août un homme blanc est passé à tabac par les militants du mouvement Black Lives Matter (BLM) et des antifas. L’affaire de Jacob Blake, autre Afro-américain grièvement blessé lors de son interpellation par la police le 23 août à Kenosha, dans le Wisconsin, a ravivé les tensions, et les manifestations BLM ont été suivies de scènes de vandalisme la nuit. Ces dégradations ont conduit à la formation de groupes d’autodéfenses : dans la nuit du 26 août un adolescent de 17 ans, armé d’un fusil, a tiré sur deux « antifas ». Lundi dernier, le président Trump a apporté son soutien à cet adolescent, estimant qu’il avait agi en légitime défense. [...]
La suite est réservée aux abonnées. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This