Skip to content

Ni bœuf, ni soja

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
ll faut que je le confesse, je suis devenu vegan. J’ai été sensible à la haute réflexion de ce mouvement, à sa force de persuasion pacifique, à son sens du dialogue et de l’écoute. J’ai compris que l’on ne pouvait plus assassiner les sangliers, que les palourdes ont une âme et qu’il est criminel de tondre les moutons pour en tisser la laine. Finis donc les souliers en cuir végétal et vive les godasses en fibres de bambou tressées. Au bûcher les costumes en mohair et en soie ; à la place des t-shirts en coton dégradable. Plus de tripes, plus de jambon beurre.
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest