Skip to content

Octantrion : audace nordique

Après un premier album éponyme prometteur mais assez scolaire, le duo français désormais adoubé par les maîtres scandinaves, revient avec un nouvel opus d’une toute autre envergure. Éléonore Billy, nyckelharpiste rigoureuse, et Gaëdic Chambrier, guitariste inspiré, revigorent une musique nordique ancestrale avec talent et en lui redonnant tous ses échos chamaniques.

Partage

© Marius Lenière
une violoniste formée à l’Institut Erik Sahlström en Suède et un compositeur passionné de lutherie et d’histoire, Octantrion a des références sérieuses en musique traditionnelle scandinave. Les pays du nord, comme ceux du bassin méditerranéen, sont des terres de mandoles et d’instruments à doubles cordes où la musique se compose avec des quarts de ton (les pays européens jouent sur douze demi-tons). Cette subdivision peu courante peut d’ailleurs parfois sembler étrange. Deux morceaux de II sont de purs traditionnels nordiques: Ragnarök, dont on ne sait s’il date du Moyen Âge ou de la Renaissance et En Gang När Jag Ska Dö, un traditionnel suédois. Le reste de l’album prend plus de liberté avec les codes folkloriques tout en exploitant toutes les possibilités des instruments scandinaves: vièle à archet, nyckelharpa alto ou ténor ou cistre basse nordique dans une perspective parfois quasi expérimentale. [...]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest