Skip to content

Qui a tué la Vème République ? Les quatre erreurs de la droite gaulliste

Chef d’œuvre d’équilibre constitutionnel, la Vème République est aujourd’hui dangereusement affaiblie sur le plan politique. Les successeurs du gaullisme, et donc la droite française, sont pour beaucoup dans la destruction de l’œuvre du général.

Partage

© DR

Quatre grandes erreurs politiques, commises par le gaullisme, ont affaibli nos institutions. Les deux premières erreurs furent celles du général de Gaulle lui-même ; les deux autres des successeurs officiels du gaullisme.

La première erreur fut l’abandon des Harkis et la non-reconnaissance par la nation de leur courage et de leur engagement, par-delà la trahison de sa parole concernant l’Algérie française, trahison qui ne fut certes peut-être rien d’autre qu’une adaptation pragmatique et opportune à la nécessité du temps.

Cet abandon, d’ordre moral, alla tristement de pair avec la deuxième erreur, cette fois-ci idéologique et politique. Elle consista, de la part du général de Gaulle, à réserver le domaine de l’économie à la droite et laisser à la gauche, notamment à la gauche communiste ainsi qu’à la presse écrite, celui de la culture. Cette deuxième erreur a créé les conditions idéologiques d’un climat malsain dans le pays, à l’origine de ce qui, en France, a constitué la dictature intellectuelle de la gauche stalinienne puis progressiste, et qui a causé chez les hommes dits de droite la mauvaise conscience de ce qu’ils étaient. C’est ce qu’un professeur de philosophie devenu ministre a si heureusement appelé l’inconscient gauchiste des politiques de droite. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest