Skip to content

Réflexions sur la question royale européenne

Le décès récent de Philippe Mountbatten, emportant avec lui son humour, sa classe et sa discrétion, amène à ce demander ce qu'il reste aujourd'hui de ces dynasties royales et de leur politique.

Partage

© DR

Donc le prince consort Philippe d’Édimbourg est mort à quasi-cent ans. Il synthétisait en sa personne les exigences et fantasmes que continuent de susciter, dans notre société effondrée et déprimée, les rois, princes et dynastes résiduels : élégance, distinction et incarnation d’une haute et ancienne tradition. Et de fait Philippe Mountbatten/Battenberg a vraiment bien fait, sur plus de 60 ans, le job un peu ingrat de prince consort de la reine la plus médiatique et durable de ces cent dernières années. Il ne manquait même pas à ce conte de fées britannique la dimension romantique d’un mariage d’amour avec Elizabeth, dimension qui fit les beaux jours et les gros tirages d’une certaine presse spécialisée dans « l’actualité heureuse ».

COURONNER LE DÉCLIN

Les gens de droite – pas qu’eux mais eux particulièrement – ont toujours eu pour les têtes encore couronnées les yeux de Chimène : comme si la vue des derniers fastes de ces royautés – qui ne sont pas vraiment des monarchies au sens étymologique et politique du mot – les consolait de la décadence quotidienne de tout, et d’une certaine trivialité démocratique.

Elizabeth elle-même, avait jeune, sinon de la beauté, du moins une grâce indéniable portée par un sourire irrésistible autant que diplomatique

J’ai l’air de me moquer mais je peux comprendre : Philippe d’Édimbourg avait en effet grande allure, – « de la classe » tout simplement – en uniforme d’officier de la Royal Navy, en colonel des guards en bonnet d’ourson ou en tweed de gentleman-farmer. Ajoutons à cela quelques sorties vaguement politically incorrect et notre prince s’adjugeait un facile succès dans le peuple de droite français. Elizabeth elle-même, avait jeune, sinon de la beauté, du moins une grâce indéniable portée par un sourire irrésistible autant que diplomatique. À eux deux, en vieillissant, ils sont devenus les grands-parents de la nation, des figures tutélaires et rassurantes d’un peuple, qui allait avoir de plus en plus besoin d’être rassuré.

Une fois qu’on a reconnu ça, il faut bien parler politique : la monarchie britannique n’a fait que couronner le déclin de ce Royaume de moins en moins uni, que cacher – de moins en moins là aussi – la misère du changement de population, du fédéralisme européen, de la dictature des marchés, de l’abaissement du niveau culturel. Le Brexit, ce sursaut national, n’est pas venu de Buckingham Palace. On me rétorquera que la reine a un devoir sacré de neutralité et de réserve. On l’a quand même entendue récemment chanter expressément les vertus de la diversité ethnique et culturelle – parlait-elle en tant que souveraine du Commonwealth, ce succédané d’empire colonial ?

C’est pourquoi, si illusoire que soit la fonction royale, elle a quand même un reste d’utilité outre-Manche

Et pourtant ces dynastes, de Copenhague à Londres en passant par Amsterdam, demeurent certainement populaires et pas qu’« à droite ». Même réduits à l’état de figures décoratives, ils incarnent malgré tout un principe de continuité historique. Très concrètement, si après Elizabeth II la monarchie périclitait, la nouvelle république britannique serait très certainement confrontée à la sécession de l’Écosse, à une reprise de la guerre civile en Ulster et, en Angleterre proprement dite, le sentiment de déclassement national aboutirait à une explosion communautaire, Londres plus que jamais un désolant laboratoire de la modernité post-british. C’est pourquoi, si illusoire que soit la fonction royale, elle a quand même un reste d’utilité outre-Manche. Même chose certainement en Belgique, qui ne survivrait pas en tant que nation à un départ de ses souverains, et aussi en Espagne – à ce propos on ne peut oublier la prise de position ferme, certainement assez décisive, et en tout cas exceptionnelle pour un souverain constitutionnel, du roi Felipe VI contre les séparatistes catalans, en octobre 2017. Mais cette exception confirme la règle implacable du « profil bas » des altesses d’aujourd’hui[...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest