Skip to content

Whitewashing et blackwashing

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Le whitewashing ? Derrière ce néologisme anglais barbare se cache une expression politique venue du militantisme diversitaire américain. Dans une tribune publiée sur Challenges, Laure Croiset appelait à en finir avec cette vieille pratique hollywoodienne qu’elle définissait comme le fait de « faire jouer par des acteurs blancs des personnages de couleur ».

 

À y regarder de plus près, on constate pourtant que ce phénomène qui suscite l’hystérie des social justice warriors américains ne fonctionne que dans un sens. Des groupes sont d’ailleurs très actifs en la matière. Ainsi de racebending.comqui surveille les studios américains et leur adresse des courriers appelant à la vigilance et à l’instauration de quotas dans leurs films. Netflix a notamment été la cible des amateurs de mangas après avoir occidentalisé le casting de l’adaptation live du manga Death Note, censé se dérouler au Japon.

Il n’y avait pourtant ici rien de particulièrement choquant, l’histoire étant intégralement transportée aux Etats-Unis. L’œuvre originelle n’était donc pas trahie, puisqu’il s’agissait d’une transposition. Cela se produit d’ailleurs couramment à Hollywood sans que des cris d’orfraie ne soient poussées. Bienvenue chez les Chtis a été par exemple adapté dans le monde entier, de même que Les Infiltrés de Scorsese sont une adaptation dans le milieu irlandais de Boston de l’Infernal Affairs hongkongais narrant l’infiltration d’une triade par un policier.

 

 

L’indignation marche à sens unique. L’appropriation culturelle ne peut être que celle de l’Occident copieur, voleur et manipulateur. Essayons pourtant, dans un contexte délirant et quasi psychiatrique, de distinguer les cas-types et de faire preuve d’honnêteté intellectuelle. Le premier cas est celui des films historiques et des grands mythes appartenant à des ensembles ethnoculturels bien déterminés. Pour ces cas, il n’y a pas de doute possible. Il serait totalement absurde et infondé de prendre des figurants Taïwanais pour un film sur la Guerre de Cent Ans ou bien encore des Italiens pour jouer des villageois dans un film sur le shogunat Tokugawa.
C’est du bon sens. De la même façon, adapter un conte traditionnel africain ou la mythologie grecque sans les contextualiser fera courir le risque de l’anachronisme et de la perte de sens des récits en question.Des histoires bien réelles et de grands mythes sont pourtant régulièrement décontextualisés et truffés d’anachronismes sans que personne n’y trouve rien à redire : les légendes arthuriennes, l’Iliade (qui compte des personnages africains bien réels, tels que l’Ethiopien Memnon), Jules César et même des vikings dans certaines productions de la BBC.

 
 
Lire aussi : Patrick Eudeline et les dégustations de tacos sur Youtube
 
 

Le deuxième cas de figure est celui du conte universel. La belle et la bête ou les Fables de La Fontaine ont ainsi existé sous diverses latitudes et à différentes époques. Ces histoires peuvent faire l’objet de films avec des référents culturels variés sans que la cohérence et la pertinence de leur portée universelle ne soient mises à mal. Enfin, dernier cas, qui nous intéresse ici : les univers fantaisistes se déroulant dans un passé fictif. Ils sont de deux sortes : parodiques et ancrés dans un contexte réaliste. Le film Princess Bride, Kaamelott ou les aventures des Monty Python sont des parodies. Tout est permis dans ce cas.
En revanche, l’univers du Sorceleur créé Andrzej Sapkowski ne rentre pas dans ces critères. Il est clairement inscrit dans la Pologne médiévale, comme cela est indiqué dans les romans et comme les jeux-vidéos le montraient. Pourquoi alors l’adaptation par Netflix montre-t-elle des acteurs de tous les horizons, au mépris de l’histoire ? Dès le premier épisode, les habitants d’une petite ville semblent avoir été choisis pour représenter un village Potemkine pensé par une sociologue à cheveux bleus de l’université Evergreen. Pas une ethnie ne manque : Asiatiques, Indiens, Africains ou encore Orientaux…

 

La volonté de la production d’injecter grossièrement des acteurs issus de la diversité pour coller aux standards Netflix saute aux yeux. Il s’agit de propagande grossière.

 

C’est aussi absurde qu’artificiel. La volonté de la production d’injecter grossièrement des acteurs issus de la diversité pour coller aux standards Netflix saute aux yeux. Il s’agit de propagande grossière. On me rétorquera que The Witcher est un univers de fiction. Soit. Tout comme le Wakanda de Black Panther créé dans les années 1970 par un auteur de comic américain ou les contes de Kirikou… Ce qui choquerait dans ces cas ne dérange personne dans l’autre. Du reste, les aventures de Black Panther se déroule à notre époque. Le Wakanda doit avoir une politique migratoire sacrément efficace ! Les campagnes fictives polono-ukrainiennes de The Witcher ont plus d’immigration que les campagnes polono-ukrainiennes contemporaines ?
 

Lire aussi : Lettre à mes amis parisiens qui m’expliquent les municipales

 
Cette irruption permanente du faux travaille à raconter le monde tel qu’on voudrait qu’il soit et non tel qu’il est. Le but est que la fiction imprègne progressivement et sournoisement la réalité. Game of thrones avait un casting présentant des acteurs de divers horizons ethniques. Ce n’était pas choquant parce que l’histoire le permettait, présentant de grands ports marchands où se croisent des voyageurs du monde entier et des tribus inspirées des Mongols, des villes d’apparence orientales ou encore des Îles avec des populations africaines. Dans The Witcher, c’est simplement la volonté de Netflix de complaire à une minorité agissante et bruyante qui aura guidé le choix du casting et non la cohérence de l’œuvre. Emprunter cette voie appauvrira progressivement l’art, la culture et le cinéma.

 
Gabriel Robin

 

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest