Skip to content

Dans l’enfer des facs, épisode II

Chaque mois, L’Incorrect vous propose un résumé de l’actualité étudiante en partenariat avec Campus vox. Au programme de ce deuxième mois : le mythe de la neutralité des sociologues, l'université de Strasbourg qui accorde les prénoms qu'ils veulent aux étudiants transgenres, l'UNEF aux manifs pour Smauel Paty, les liens entre Quotidien et les Antifas, Samuel Grzybowski et l'islamogauchisme, et le groupe Écolucide.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

L’université de Strasbourg autorise le changement de prénom d’usage pour les étudiants transgenres

Par une lettre datant d’avril 2019, le ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal demandait aux présidents et directeurs d’Université de mettre en place des procédures permettant le changement du prénom d’usage à l’Université. L’Université de Strasbourg vient d’accéder au vœu de la ministre en mettant en ligne un formulaire pour changer le prénom d’usage des étudiants.

Un papier à lire par ici : CAMPUS VOX.

L’UNEF huée à l’occasion de la manifestation d’hommage à Samuel Paty

Des « dégagez », « collabo », « traître à la laïcité » ont été scandés par la foule pendant la prise de parole de la représentante du syndicat de gauche. L’UNEF a été prise à partie violemment par la manifestation en hommage à Samuel Paty, le professeur décapité dans les Yvelines.

Un papier à lire par ici : CAMPUS VOX.

Les liens entre l’émission Quotidien et les milieux antifas

Quotidien s’est encore une fois illustré ce jeudi 29 octobre en diffusant un reportage « à charge » contre l’organisation La Cocarde étudiante à l’université d’Assas. Une enquête prouve que l’émission entretient des liens pour le moins curieux avec les antifas.

Un papier à lire par ici : CAMPUS VOX.

Sciences Po : controverse après des tweets polémiques d’un enseignant niant l’islamogauchisme

L’enseignant à Sciences Po Paris Samuel Grzybowski a déclenché de nouvelles polémiques sur Twitter ces derniers jours comme il le fait depuis 2014. Le fondateur de l’association CoExister défendant le « vivre-ensemble » a, dans une série de tweets indécents, apporté son soutien à une association islamiste dissoute depuis (Barakacity), nié la présence de filières islamistes en France et porté des attaques répétées contre les défenseurs de la laïcité.

Un papier à lire par ici : CAMPUS VOX.

Vidéo : Entretien avec la page Écolucide

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Recommandés pour vous

Pin It on Pinterest