Carpenter brut de décoffrage

Cocorico! Une fois encore, la France est à la pointe de l’innovation en matière de musique électronique. Décryptage de la « synthwave », un genre sombre, nostalgique, et pourtant résolument moderne.

C’est une vérité désormais généralement admise : en matière de musique électronique, la France est un splendide incubateur de talents. Si le rock’n’roll hexagonal peine à trouver son public en dehors de nos frontières, cela fait bien longtemps que le monde nous envie nos artistes électroniques. Nul besoin de citer Air, Phoenix, Justice ou Daft Punk, leurs noms résonnent à toutes les oreilles (on oubliera cependant David Guetta, en espérant qu’un jour le monde puisse nous pardonner son existence). Or, c’est aujourd’hui avec la synthwave que la France frappe fort. Si le genre a débuté avec Teenage Color, de College, c’est la bande-son de Drive, emmenée par Kavinsky, qui donne le point de départ du mouvement.

Perturbator, de son vrai nom James Kent, dévoile une musique ciselée, sombre et tranchante comme la lame d’un couteau plantée dans un abdomen lors d’une nuit sans lune, tandis que Carpenter Brut déploie (…)

A découvrir dans le nouveau numéro de L’Incorrect et en ligne pour les abonnés

Journaliste

jklejman@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This