Chamil, un précurseur au XIX ème siècle des terroristes islamistes de notre époque

@ DR

Au début du XIX ème siècle, la Russie après avoir subjugué et pacifié la Géorgie fut amenée à intervenir au Daguestan pour protéger des raids des montagnards musulmans les hameaux cosaques installés dans la plaine du Kouban. Après avoir essayé vainement d’acheter la paix en versant des tributs à des notables qui prenaient l’argent tout en continuant leurs rapines, la Russie opta pour la manière forte et son armée entreprit de brûler en représailles des villages Tchétchènes.

 

 

La violence appela la violence ; les Caucasiens jusqu’alors divisés en tribus et en khanats de taille modeste se regroupèrent derrière des imams désignés pour diriger la lutte. Le premier de ces leaders Mohamed Ghazi se fit d’abord connaître par ses prêches religieux. Rallié très jeune au muridisme, un mouvement de l’islam basé sur le soufisme, il prônait d’appliquer strictement la Charia et de rejeter les coutumes locales des montagnards. Refusant toute compromission avec les Russes, il déclencha la guerre sainte contre les forces du Tsar et fut tué au combat en 1832. Son successeur fut assassiné en 1834 par un chef tchétchène mécontent ; son ami Chamil prit le relais et devint à tout juste trente ans l’âme de la résistance des montagnards. Il entreprit d’organiser son imanat sur un mode théocratique, leva des impôts et contrôla les populations d’une main de fer. Il châtia sévèrement les villages qui se compromettaient trop à son goût avec les Russes et s’imposa par la terreur.

La foule demanda pitié. Chamil hurla que c’était impossible, car Allah avait ordonné ce châtiment, mais il s’offrit pour être puni à la place de sa mère.

Une anecdote est significative : les habitants d’une agglomération tchétchène située dans la plaine étaient à la merci des Russes. Ayant peur de l’imam, ils lui envoyèrent une délégation pour l’implorer d’être indulgent et de leur permettre de collaborer avec les troupes du Tsar suffisamment pour éviter des représailles. Les ambassadeurs s’adressèrent à la mère de Chamil et la convainquirent de plaider leur cause auprès de son fils. Le rebelle écouta les arguments développés par sa mère et se contenta de répondre qu’il allait demander conseil à Dieu ; il s’enferma dans la mosquée pour prier toute la nuit. Au matin, quand il sortit, il prétendit que Dieu lui avait parlé et qu’il avait exigé d’infliger 100 coups de fouet à sa mère. La malheureuse s’évanouit au cinquième coup de knout. La foule demanda pitié. Chamil hurla que c’était impossible, car Allah avait ordonné ce châtiment, mais il s’offrit pour être puni à la place de sa mère. Il reçut impassible les 95 derniers coups de fouet, avant de faire exécuter les ambassadeurs. Le village qui les avait délégués fut sévèrement châtié.

 

Lire aussi : Un génocide oublié : l’exil forcé des Tcherkesses au XIX ème siècle

 

En 1838, Chamil fut encerclé dans sa « capitale » d’Akhoulgo, un petit village protégé par la boucle d’une rivière et l’avancée de deux pitons. Le siège dura 8 jours et se termina par un carnage. Les Russes perdirent 3000 hommes sur les 6000 qu’ils engagèrent, les 4000 défenseurs tchétchènes furent presque, tous massacrés, mais Chamil réussit à s’éclipser. Il retint la leçon. Plus jamais il n’affronta directement les troupes du Tsar et se contenta de pratiquer une guérilla meurtrière. Néanmoins, en 1839, il fut à nouveau encerclé et il dut livrer son fils aîné, Djemmal Endin, comme otage dans l’espoir d’ouvrir des négociations.

Les Russes perdirent 3000 hommes sur les 6000 qu’ils engagèrent, les 4000 défenseurs tchétchènes furent presque, tous massacrés, mais Chamil réussit à s’éclipser. Il retint la leçon. Plus jamais il n’affronta directement les troupes du Tsar et se contenta de pratiquer une guérilla meurtrière.

Celles-ci échouèrent, mais Chamil réussit une nouvelle fois à s’échapper avec sa première femme et son second fils. Djemmal Endin fut traité avec respect et élevé dans un collège militaire. Reçu à plusieurs reprises par le tsar, il fut nommé lieutenant dans un régiment lituanien. La guerre s’éternisa pendant trois décennies et fut particulièrement féroce ; les forces russes étaient tenues en échec tout en concédant des pertes considérables. Les montagnards tuaient notamment tous les prisonniers qui refusaient d’embrasser l’islam.  En 1855 un raid audacieux dans les plaines permit aux tchétchènes de s’emparer de trois princesses familières de la cour de Saint Pétersbourg. Elles furent échangées contre Djemmal Endin et 40 000 roubles. Le fils de Chamil regrettant sa vie en Russie sombra dans la dépression et mourut de Tuberculose. Pendant la guerre de Crimée (1853-1856) les Anglais essayèrent en vain de s’allier avec Chamil, mais ce dernier se déroba, car il ne voulait pas que son pays devienne une province de l’Empire Ottoman. Le traité de Paris qui marqua la fin de la guerre de Crimée signé, les Russes mobilisèrent 200 000 hommes pour en finir et leurs tactiques devinrent enfin efficaces : ils défrichèrent la forêt, percèrent des routes, installèrent toute une série de postes et pratiquèrent un blocus sévère.

La guerre s’éternisa pendant trois décennies et fut particulièrement féroce ; les forces russes étaient tenues en échec tout en concédant des pertes considérables. Les montagnards tuaient notamment tous les prisonniers qui refusaient d’embrasser l’islam. 

Chamil acculé dut augmenter les impôts qu’il prélevait et il devint de plus en plus impopulaire. Plusieurs de ses lieutenants se rallièrent au Tsar et l’imam dut fuir la Tchétchénie pour se réfugier chez les circassiens. En 1859, il fut à nouveau encerclé alors qu’il n’avait plus que 400 hommes avec lui et fut contraint de se rendre. Lui qui s’attendait à être condamné à mort pour avoir fait exécuter tant d’officiers russes fut traité avec égard et après avoir rencontré le Tsar, il fut assigné à résidence dans une ville située à 200 km de Moscou. Il était libre de ses mouvements et fut intégré à la noblesse locale. En 1870, il fut autorisé à se rendre en pèlerinage à la Mecque. La légende prétend qu’il rencontre l’émir algérien Abdelkader pendant son voyage. Chamil mourut à Médine en 1871. Sa capture ne marqua pas la fin de l’insurrection tchétchène, même si les combats diminuèrent d’intensité.

 

Lire aussi : Le 6 juin a été gagné à l’Est.

 

Chamil malgré sa férocité et son fanatisme fut populaire en Angleterre. Il était souvent à la une des journaux britanniques. La Grande Bretagne en effet souhaitait ménager un état tampon entre l’Empire des Tsars et la Perse pour protéger ses possessions en Inde.  En Russie même l’audacieuse prise d’otages ordonnée par Chamil donna lieu à de nombreuses publications plutôt élogieuses, tandis que la guerre du Caucase inspira des écrivains russes de premier plan comme Pouchkine ou Tolstoï. La fascination pour les terroristes sanguinaires n’est donc pas l’apanage du XXI ème siècle. Tous les arguments développés par Daesh se retrouvent dans la prédication des imams Tchétchènes du XIX ème siècle : la nécessité d’appliquer strictement la charia, la corruption des états musulmans qui du fait de l’affadissement de la loi islamique ont été mis en tutelle par les puissances infidèles, la justification de l’esclavage, l’impureté des mécréants qu’il ne faut en aucun cas fréquenter. L’Histoire n’est qu’un perpétuel recommencement.

 

Christian de Moliner

.

Cdemoliner@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This