Skip to content

Didier Raoult est-il un charlatan ?

Dire ou écrire n’importe quoi pour plaire au public n’a jamais autant rapporté d’argent. Didier Raoult, qui il y a un an prétendait qu’il n’y aurait pas de pandémie, avant d’admettre dernièrement qu’elle est « effroyable », était vendredi dernier l’invité de BFM TV, dans une magnifique démonstration de ce que les « fake-meds » peuvent nous offrir. Florilège.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Capture d'écran YouTube

« 88% des gens qui sont morts du Covid-19 au CHU de Marseille avaient une espérance de vie qui était inférieure à un an ». Didier Raoult minimise ainsi l’épidémie, en confondant allègrement espérance de vie à la naissance et espérance de vie à 80 ans, qui est de 8,6 ans. Ainsi, plusieurs études dont le lecteur pourra aller lire le détail donnent une réduction de vie moyenne de 12 à 16 ans par personne décédée du Covid.

« C’est vieux comme l’humanité d’avoir un besoin de prédiction mais ce n’est pas mon rôle ». Quel était donc son rôle quand il prédisait qu’il y aurait moins de morts du Covid que d’accidents de trottinettes, ou qu’il n’y aurait pas de deuxième vague ? Si Didier Raoult dit cela aujourd’hui, c’est qu’il a compris qu’à force de se tromper systématiquement sur ses prédictions il valait mieux ne plus en faire.

Lire aussi : Épidémie : De la science avant toute chose

Didier Raoult persiste : « L’hydroxychloroquine permet de diminuer de 75% le risque de mort », en citant trois études, iranienne, saoudienne, et marseillaise. Lecteurs, allez lire ces études : la première admet elle-même ne pas avoir pu collecter de données sur l’hospitalisation des patients traités ; la deuxième comptait huit fois plus de personnes âgées parmi le groupe contrôle, ce qui tend donc plutôt à dire que l’HCQ augmenterait la mortalité ; la troisième est fournie par l’IHU, mais après toutes les accusations de fraudes scientifiques formulées dernièrement contre la carrière de Didier Raoult, qui n’a pas pour rien été exclu de l’INSERM et du CNRS, quel crédit lui accorder ?

« Toutes les études qui montrent que l’hydroxychloroquine ne marche pas sont liées à des gens qui ont des conflits d’intérêt avec Gilead ». Le sous-entendu de corruption est très déplacé de la part de quelqu’un dont l’hôpital a encaissé 25 millions d’euros grâce à l’hydroxychloroquine, avec un intéressement personnel à travers l’entreprise ProCramé qu’il a cofondée et qui vend des tests à l’IHU, et par les gains énormes de notoriété et de droits d’auteur que la pandémie lui a permis de récolter.

« Le remdesivir crée des mutants et des variants ». Cette assertion ne repose sur rien. Didier Raoult est celui qui parle le plus du remdesivir : il a besoin, pour dédouaner l’hydroxychloroquine de son inefficacité, de disposer d’un autre traitement inefficace dont il peut dire du mal, peu importe que personne n’en ait jamais fait la promotion.

Didier Raoult refuse de dire s’il est vacciné. Et pour cause : il sait très bien qu’en admettant l’être, il se mettrait à dos une grande partie de ses sectateurs qui ont étendu leur défiance jusqu’à des théories délirantes au sujet des vaccins

Didier Raoult refuse de dire s’il est vacciné. Et pour cause : il sait très bien qu’en admettant l’être, il se mettrait à dos une grande partie de ses sectateurs qui ont étendu leur défiance jusqu’à des théories délirantes au sujet des vaccins.

« Il faut oser me traiter de charlatan ». Alors osons. Charlatan n’est pas une insulte, c’est le qualificatif de ceux qui vendent un traitement médical censé être miraculeux mais dont ils connaissent l’inutilité. Or Didier Raoult a lui-même admis avoir dès mars 2020 donné un traitement dont il ne pouvait pas établir qu’il permettait une baisse de l’hospitalisation ou de la mortalité. Il se garde bien de citer les dizaines d’études qui disent depuis qu’on guérit et on meurt autant du Covid avec ou sans hydroxychloroquine, voire que l’on meurt plus avec.

Le premier à accuser Didier Raoult de charlatanisme est donc Didier Raoult. Et si, pour une fois, il avait raison ?

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest