Skip to content

Enquête : Pourquoi seul 1% des infractions aboutit à de la prison ferme ?

Ces dernières années, l'insécurité en France a atteint des niveaux terrifiants. Derrière le craquèlement du vernis multiculturaliste se cache une institution judiciaire laxiste qui a décidé de ne plus punir ceux qui doivent l'être. Enquête.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Béatrice Brugère est secrétaire générale de l’un des trois syndicats représentatifs de la magistrature, Unité magistrats SNM-FO. Mais il se présente comme le seul indépendant de tout parti, chapelle ou groupement philosophique. Vous pouvez donc subodorer que ses membres ne sont pas obligatoirement de gauche ou francs-maçons. Il y a donc au sein de l’appareil de la Justice des gens qui sont prêts à prendre le risque d’affronter l’idéologie de la gauche. C’est le cas de Mme Brugère.

In fine, en 2018, seules 101 431 personnes ont été condamnées à des peines de prison ferme, c’est-à-dire 1% du total des infractions

Face à la proclamation de notre ministre que la Justice traite 90% des cas qui lui sont présentés, elle a analysé les chiffres de l’INSEE relatifs à la justice parus le 27 février 2020. Ils disent que, hors amendes, plus de 10 millions d’infractions pénales sont constatées au travers de mains courantes ou dépôts de plainte. Plus de la moitié est refermée d’office par la police ou les services des procureurs. Les parquets ne traitent que 4,2 millions d’affaires. Les deux tiers ne font l’objet d’aucune poursuite, essentiellement car l’auteur des faits n’est pas identifié. Il reste 1,3 millions d’affaires à poursuivre. Et 90% d’entre elles font l’objet d’une réponse. Lorsque M. Dupond-Moretti nous vante les résultats mirifiques de son ministère, il ne parle que de 10% des infractions, celles qui font l’objet d’une poursuite. C’est comme si un centre de tri postal perdait 90% des lettres de son dépôt, et qu’il vous disait fièrement : « Je distribue 90% des lettres que je n'ai pas perdues ». Cela vous en dit beaucoup sur la hauteur de vue de notre ministre. Mais ce n’est pas tout. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest