Skip to content

Financiarisation, numérisation, biopolitique : la démocratie comme technostructure

La démocratie contemporaine se situe à l'intersection du politique et de la technique : la liberté n’y est plus qu’une variable d’ajustement « processée » par le technopouvoir.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Pour commencer, il convient de rappeler à quel point la « liberté » n’a jamais été garantie par l’appareil démocratique : si elle figure bien au panthéon de nos valeurs et constitue une sorte d’horizon indépassable du fantasme républicain, rien ne la justifie légalement ou juridiquement dans l’exercice de nos démocraties modernes. Comme le rappelle Castoriadis, nous appartenons toujours à un ensemble plus grand qui en contient un autre, et cette hiérarchisation constitue la toile de fond même de l’entreprise démocratique, la liberté n’étant jamais que le contrepoint fantasmatique, presque névrotique, de cette imbrication sans fin du citoyen dans un système qui le dépasse.

Le pouvoir à l’état gazeux

Nous sommes précisément rendus à ce point où la technologie est devenue suffisamment politique, et le politique suffisamment technique, pour qu’au croisement des deux s’infléchisse ce que Foucault appelait notre « champ d’action éventuel ». Il devient difficile aujourd’hui de discerner ce qui relève du technique et ce qui relève du champ politique tant la démocratie contemporaine semble précisément se situer à l’intersection parfaite des deux. Le trône vide, source de tous les fantasmes complotistes, a ringardisé la question du « je » dans l’exercice du pouvoir : qui décide ? Qui exerce sa volonté réelle au cœur du processus décisionnel ? Y a-t-il encore des acteurs du pouvoir ? [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest