Skip to content

Guerre en Ukraine : et la France alors ?

Depuis le début de la crise russo-ukrainienne, l’émotion domine, laissant peu de place à une réflexion froide sur la situation. La seule question qui devrait pourtant se poser pour nous concerne la place de la France dans ce conflit.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Free Wind 2014 / Shutterstock.com

La guerre est de retour sur le Vieux Continent. Depuis 1999 et les bombardements de Belgrade par l’OTAN pour les beaux yeux des islamistes albanais du Kosovo-et-Métochie, l’Europe n’avait plus connu de conflit majeur. Et voilà qu’à l’Est, les armes se remettent à parler. Posons un préambule indispensable à toute considération : oui, Vladimir Poutine porte une entière culpabilité dans le déclenchement de ce conflit. Le président russe a pris la décision d’attaquer, d’agresser son voisin ukrainien. Cela doit lui être imputé. Mais, loin de céder à l’émotion, quand bien même celle-ci est légitime, il faut se poser une question : quelle est la place et l’intérêt de la France dans ce conflit ? Depuis l’attaque de l’Ukraine par la Russie déclenchée dans la nuit du 24 au 25 février, l’opinion française semble unanime : il faut soutenir, presque aveuglément, les Ukrainiens. Et une petite musique belliqueuse, portée par les habituels chantres de l’atlantisme le plus forcené, à l’instar des Glucksman, Enthoven, et autre BHL, commence à se faire entendre : il faut affronter la Russie.

Lire aussi : Et maintenant, mourir pour l’Ukraine ?

Retrouver l’équilibre

Nul ne se pose la question de savoir si la France sortirait vainqueur d’un tel conflit, nul ne se pose la question de savoir si la France est prête à un tel conflit, nul ne se pose la question des sacrifices à consentir, notamment en vies humaines, pour remporter un tel conflit. Et surtout, nul ne s’interroge sur la pertinence d’un tel conflit. Faut-il arrêter Poutine ? Oui, évidemment. Faut-il se brouiller, ou pire, avec la Russie ? Non. La France doit retrouver l’équilibre, se posant à équidistance des deux blocs que le bellicisme de Poutine et l’avancée otanienne à l’Est ont contribué, hélas, à reformer. La France ne doit être alignée sur personne, ni sur les Etats-Unis, ni sur la Russie, ni sur la Chine. Elle doit porter sa voix singulière dans le monde, comme le fit en son temps le général De Gaulle, parlant tant aux Etats-Unis qu’à l’Union soviétique. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest