Je soutiens Hugo !

© Jeanne de Guillebon pour L’Incorrect

Au pays des polémiques insupportables, il en est qui parfois nous révoltent plus que d’autres. La cabale qu’a subie le collégien Hugo pour un tweet humoristique montrant une photo de La Mecque est ainsi proprement surréaliste, du moins pour les quelques rares naïfs qui n’ont pas encore pris conscience de l’état de délabrement dans lequel se trouve la France.

 

#JeSoutiensHugo doit être un mot d’ordre général, car ces attaques ne sont pas le fait d’une minorité réduite mais bien d’une frange importante de la jeunesse qui pourrait composer demain le gros de la population française.

Collégien, Hugo est âgé de quinze ans à peine. Un adolescent, presque un enfant. Dans la mâtinée du samedi 14 avril, il a publié un message sur twitter se moquant très innocemment de la Kaaba de La Mecque, principal lieu saint de la religion islamique. « Ptdr y’a du monde à InZeBoite », écrivait Hugo en faisant référence à un jeu télévisé de la chaîne pour enfants Gulli. La blague a eu beaucoup de succès, provoquant plusieurs milliers de retweets … mais aussi un florilège de commentaires haineux, de menaces de mort, d’injures, et même la révélation du collège où étudie Hugo. Le jeune homme a rapidement réagi : « Pour toutes les personnes qui ont vu mon tweet, excusez-moi je ne savais pas que ça allait prendre autant d’ampleur. Encore désolé, laissez moi en vie ».

 

Lire aussi : L’éditorial de Jacques de Guillebon : Sous la cendre

 

Pourtant, Hugo a fait preuve d’un grand courage en ne se laissant pas démonter ni intimider, recréant même un compte pour réaffirmer n’avoir pas voulu offenser qui ou quoi que ce soit. En France, n’en déplaise à quelques Français issus de l’immigration, on a le droit de se moquer. J’oserais dire qu’on a même le devoir de savoir rire de soi, d’accepter la critique quand elle n’est pas injurieuse, diffamatoire ou haineuse. Ceux qui ne l’entendent pas de cette oreille, de plus en plus nombreux et vindicatifs, peuvent très bien aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte. Mieux, ils devraient carrément être contraints de faire leurs bagages.

 

 

Qui pourra supporter de vivre en France avec pareil voisinage ? Nous ne pouvons pas côtoyer de trop près ces demi-demeurés incapables de distinguer l’humour du « blasphème ». Les catholiques en ont souvent fait les frais dans les colonnes de Charlie Hebdo : ont-ils un jour été tentés de tuer des dessinateurs ou des journalistes ? Se mettent-ils à collectivement diffuser des messages appelant à la violence contre ceux qui les moquent ? Tous les jours, des milliers de tweets se gaussent du pape, des évêques, de Jésus ou du Vatican, sans que les fidèles ne soient éprouvés dans leur foi. Nos jeunes excités des réseaux sociaux doivent avoir bien peu confiance en leurs convictions si l’ironie les fait à ce point vaciller.

 

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux pour suivre l’actualité FacebookInstagram,Twitter

 

La classe politique et médiatique a une responsabilité. L’immense lâcheté du maire Les Républicains de Reims Arnaud Robinet doit être notamment soulignée. Plutôt que de soutenir Hugo, ce cuck de première catégorie n’a rien trouvé de mieux à faire que d’attaquer Marlène Schiappa, qui, pour une fois, avait fait preuve de bon sens en défendant un collégien victime de cyber-harcèlement et de menaces de mort. Un collégien. Victime de menaces de mort par des Ben Laden en herbe.

Il suffit d’une allumette pour provoquer une explosion, comme l’histoire nous l’a appris. Rappelons-nous du terrible et tristement célèbre 13 avril 1975 au Liban… Pourvu que cela n’arrive pas un jour en France.

 

Gabriel Robin

.

grobin@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This