Skip to content

La France des mosquées : un bienfait du choc des civilisations

Avec plus de 2 500 mosquées en France, ces dernières étant toujours plus imposantes, l'essor islamique progresse indéniablement. Mais bien entendu l'on continue de croire que l'Islam civilisationnel n'existe pas.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Googlemaps

Les mosquées, écrivait Samuel Huntington dans son célèbre Choc des civilisations, étaient au nombre de 160 en Asie centrale en 1989 ; en 1993, elles étaient 10 000. Un phénomène de résurgence islamique indéniable, puissant et continu, qui « impliquait des mouvements politiques fondamentalistes et était encouragé par l’Arabie Saoudite, l’Iran et le Pakistan. Mais [aussi] un mouvement de base profondément enraciné dans la culture ». En d’autres termes, un soft power islamiste diffusé par différents pays musulmans, répondant à l’attente des populations de culture islamique, qui s’est étendu bien au-delà du périmètre de l’Asie centrale, jusqu’à englober la totalité de l’Occident.

En France, à la fin des années 70, on comptait 200 mosquées environ. Les chiffres en évoquent plus d’un millier dix ans plus tard, et plus de 2 500 aujourd’hui. La dynamique est moins nette qu’en Asie centrale, mais elle s’inscrit dans la même logique. Les mouvements politiques fondamentalistes peuvent désormais compter sur des municipalités françaises, comme celle de Strasbourg, pour les soutenir financièrement – à hauteur de 2,5 millions d’euros ! – et favoriser l’essor islamique sur le territoire métropolitain. Fort heureusement pour les contribuables, l’association islamique Millî Görüs a finalement retiré sa demande de subvention. La mosquée sera bel et bien construite, mais sans recours aux fonds publics. Les républicains, socialistes et libéraux, y verront probablement une victoire du principe laïque. Pour les partisans d’une droite civilisationnelle, en revanche…

Il ne s’agit plus seulement de franchir le cap des 10 000 mosquées, qui, au rythme actuel, sera probablement atteint aux alentours de 2 100 ; il faut que la visibilité publique de l’Islam – entendre de la civilisation islamique, et non de la spiritualité musulmane – soit évidente, qu’elle domine

Car la nouvelle mosquée de Strasbourg n’a pas les dimensions d’une chapelle de bourg ; c’est une véritable hyper-surface : 5 500 m2 ; soit 700 m2 de plus que Notre-Dame de Paris. Salon de thé, épicerie, restaurant, salon de coiffure, salles de classe, etc., le tout surmonté de deux minarets de 35 mètres. On ne se contente pas d’une modeste salle de prière (laquelle avoisinera tout de même les 900 m2), on impose à Strasbourg (qui comptait déjà trois mosquées) un complexe culturel islamique gigantesque, concourant pour la première place en Europe. Quand l’islam s’installe, il faut que ça se voie ! Il ne s’agit plus seulement de franchir le cap des 10 000 mosquées, qui, au rythme actuel, sera probablement atteint aux alentours de 2 100 ; il faut que la visibilité publique de l’Islam – entendre de la civilisation islamique, et non de la spiritualité musulmane – soit évidente, qu’elle domine.

Cette façon d’investir l’espace public pour s’imposer n’est pas nouvelle. Le cas du centre An-Nour de Mulhouse en témoigne. Et ce n’est qu’un début. Mais qui s’en soucie ? Le peuple français ? Bien sûr que non. Serait-ce les 36 % de Français qui font encore confiance à Emmanuel Macron, ou les 25 % qui sont d’ores et déjà prêts à voter pour lui dès le premier tour en 2022, alors qu’il a fait entrer en France plus de 450 000 étrangers (toutes catégories confondues) en 2019, ignorant volontairement l’influence des diasporas sur les problématiques civilisationnelles ? Qui alors, se soucie de ce phénomène ? Bien évidemment pas les électeurs islamo-gauchistes de LFI, EELV, PS et consorts. Le peuple de droite ? Mais, quand on lui parle d’Islam civilisationnel, il n’entend pas. Il n’a qu’un mot à la bouche : islam politique. Houellebecq. Soumission. Le spectre d’un président islamiste en 2022. Autant dire, n’importe quoi ![...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest