Skip to content

La taca-taca-taca-tac-tactique de Marine

La dédiabolisation a fonctionné. Marine Le Pen ne fait plus peur. Enfin, plus trop. Emmanuel Macron, lui, inquiète. Mais pas encore assez. Et si on le diabolisait ? Au jeu du « touché/coulé en 2022 », ça pourrait être efficace.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Diabolique. Pas la candidate, son plan, qu’elle n’aurait même pas imaginé concevoir à l’issue de la dernière élection présidentielle après qu’elle avait été rejetée par deux Français sur trois, cette très large majorité qui semblait improbable lorsque Valéry Giscard d’Estaing l’avait appelée de ses vœux quelques années après avoir été battu par François Mitterrand. Pourrait-elle jamais remonter un tel déficit de crédibilité ? Pas à pas, patiemment, elle l’a fait. Bien aidée, il est vrai, par la médiocrité de la quasi-totalité de ses concurrents, par le discrédit encore supérieur qui les frappe (Mélenchon), par le déficit de notoriété de ceux qui sortent du lot (on pense par exemple à Jean-Frédéric Poisson) et par la dislocation des partis dits de gouvernement, ceux qui constituaient autre- fois « la bande des quatre », émiettés entre ceux qui se sont ralliés au pouvoir et ceux qui s’y opposent sans avoir le moindre projet alternatif à proposer. Si l’on osait, on dirait qu’au royaume des aveugles, la fille du borgne est devenue reine.

La gauche qui s’abstient

À un peu plus d’un an de l’élection présidentielle, elle apparaît comme la seule, sur tout l’échiquier politique, à pouvoir empêcher Emmanuel Macron d’effectuer un second mandat. Elle est encore donnée perdante mais d’un cheveu. La disparition du « front républicain » est devenue le grand sujet du moment, lancé par le numéro de Libération du samedi 27 février qui renvoyait visuellement dos à dos Marine Le Pen et Emmanuel Macron, à l’image des électeurs de gauche que le quotidien avait interrogés. Le quotidien titrait avec cette phrase qui résumait le sentiment dominant : « J’ai déjà fait barrage, cette fois c’est fini ».

Émoi dans la macronie, que les numéros du quotidien libéral L’Opinion titrant « Ci-gît le front républicain » et celui du Monde consacrant toute sa Une du 24 mars aux « fissures du front républicain » n’ont fait qu’amplifier. Surtout que ces derniers, entre lesquels il n’y a que des différences de degré dans l’analyse (ou dans l’espérance que le front républicain tienne encore un peu) s’appuient non plus sur des paroles d’électeurs mais sur des données chiffrées.

À notre grand jeu de stratégie nationale, celui de l’élection présidentielle au suffrage universel direct corrigé par l’abstention différenciée, c’est Marine Le Pen qui pourrait sortir du chapeau

Résumé synthétique des études qui suscitent l’in- quiétude : en cas de duel Macron/Le Pen, et, selon la formule consacrée, « si le scrutin avait lieu dimanche prochain », la moitié des électeurs de gauche du premier tour (Insoumis, écologistes, socialistes) pourrait s’abstenir, et entre un cinquième et un quart d’entre eux pourrait se reporter sur l’actuelle présidente du RN. De sorte qu’à notre grand jeu de stratégie nationale, celui de l’élection présidentielle au suffrage universel direct corrigé par l’abstention différenciée, c’est Marine Le Pen qui pourrait sortir du chapeau.

Or, ce comportement des électeurs de gauche refusant de voter pour Emmanuel Macron est très exactement celui recherché par Marine Le Pen. En 2017, déjà, elle s’y était essayée, et, quoiqu’elle en dise aujourd’hui, c’est tout à fait volontairement qu’elle avait diffusé une vidéo à l’intention des électeurs de Jean-Luc Mélenchon et qu’elle ne l’avait pas fait à l’intention de ceux de François Fillon. Entre les deux tours d’une présidentielle, il est impératif de s’adresser à tous les Français, mais il est difficile, sauf à dire tout et son contraire et à se décrédibiliser, de s’adresser spécifiquement à des électorats aussi opposés. Il faut choisir, elle l’avait fait.

Diaboliser Macron

 « Un FN gentil, ça n’intéresse personne », estimait Jean-Marie Le Pen dans un entretien accordé au Point en octobre 2017, rappelant qu’il avait toujours été hostile « à la campagne de dédiabolisation » (et pour cause !). Eh bien si ! Un FN sinon « gentil », du moins débarrassé des saillies qui ont émaillé son histoire, ça rebat les cartes. Non seulement ça « intéresse » un nombre croissant de Français, mais ça ne mobilise plus les masses contre soi. Le message que Marine Le Pen a réussi à faire passer est de l’ordre du « n’ayez pas peur ». Là où ça devient diabolique, c’est que maintenant que la dédiabolisation est achevée, l’équipe de Marine Le Pen entend contribuer à… la diabolisation d’Emmanuel Macron ! Par petites touches, et c’est ce que Marine Le Pen fait lorsqu’elle dit qu’accorder un quinquennat de plus à Macron serait « un cauchemar », ou à l’artillerie lourde, ce dont ses lieutenants se chargeront lorsque la campagne entrera dans le dur.

Il faut maintenant que ces électeurs craignent qu’un second mandat ne soit pire que le premier afin qu’ils passent de l’abstention au vote barrage

Diaboliser Emmanuel Macron, c’est bien entendu permettre à Marine Le Pen de se poser en rempart. La moitié de la gauche ne veut plus se reporter sur lui parce qu’elle considère qu’il a mené une politique de droite ? Il faut maintenant que ces électeurs craignent qu’un second mandat ne soit pire que le premier afin qu’ils passent de l’abstention au vote barrage. « Tout sauf Macron ! », ça voudra dire « y compris Marine ».

Quel est le vrai clivage ?

La limite de l’exercice est que cette tactique lui interdit de se montrer trop droitière. Non pas dans les fonctions régaliennes (tout le monde veut désormais que la sécurité soit rétablie et que la justice soit plus sévère), mais dans la quasi-totalité des autres domaines. Sur les questions dites « sociétales », qui déjà pour elles sont secondaires, elle s’aliénerait un trop vaste réseau de « progressistes » si elle venait à prôner – exemple pas totalement pris au hasard – l’arrêt des subventions pour le Planning familial dans le cadre d’une politique nataliste.

Sur les questions économiques, c’est quasiment la quadrature du cercle. Une partie de son actuel entourage presse Marine Le Pen de donner des signaux en ce domaine à l’électorat fillonniste de 2017, lequel jugeait son programme socialisant, tandis que l’autre partie la somme de ne surtout pas le faire pour ne pas donner l’impression aux électeurs « de l’ancienne gauche » qu’elle pourrait être aussi nuisible que Macron ![...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest