Skip to content

Laïcité, un principe : laïc majeur

« Le XXIe siècle sera spirituel ou ne sera pas » aurait dit André Malraux. Etendard de la République, la laïcité s'invite dans nombre de débats actuels. Il devient donc nécessaire de faire son histoire en France.

Partage

Spécialiste du XIXe siècle, Éric Anceau signe une synthèse érudite et ultraréférencée sur la laïcité française, « de l’Antiquité au temps présent » ainsi que l’indique le sous-titre. C’est qu’il faut passer par l’histoire au temps long pour en saisir la teneur, ce que l’historien réussit avec brio et dont il tire, au-delà de deux invariants (indépendance de l’État et liberté de conscience), l’existence de toute une gamme de sensibilités dont la loi de 1905 sera le point d’équilibre libéral. Sa thèse est la suivante : technique de concorde civile mise en œuvre par l’État pour « faire nation » et lutter contre les influences indues, la laïcité française n’est en rien hostile au fait religieux et s’applique dans les faits avec une certaine latitude (calendrier chrétien, titres religieux du président, Concordat) – ce à quoi l’on répondra tout de même qu’il a produit un athéisme social sans précédent, avec les conséquences que l’on sait. [...]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest