Skip to content

Langues régionales : le paradoxe breton

Breton à l'ouest et gallo à l'est : la Bretagne est linguistiquement divisée en deux entités. Les partisans du gallo tentent actuellement de répondre à l'offensive du breton qui s'est répandu sur l'ensemble du territoire, bien aidé en cela par le revival celtique.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Sujet explosif en Bretagne : les langues ! Car linguistiquement, la Bretagne est double. À l'est, c'est la « Haute-Bretagne », le royaume du gallo, une langue romane d'oïl. À l'ouest, c'est la « Basse-Bretagne », l'empire du breton, une langue celtique. Jusqu'à la dernière guerre, le français n'était vraiment parlé que dans les villes.

Double aliénation

Or, depuis le « revival celtique » des années 70, le destin du breton s'est confondu avec celui de la Bretagne tout entière. « Escroquerie intellectuelle ! » nous confie un acteur du dossier. Car l'ancienne langue des ploucs est devenue tendance et a réussi à gagner du terrain à l'est. « Le militantisme breton a joué à fond sur le celtisme. La France est de culture gréco-latine ? La Bretagne doit être celtique ! La France se veut un état unilingue et uniculturel ? La Bretagne doit être de même ! Nous avons aussi nos jacobins locaux », affirme-t-il, goguenard.

La langue mérite cet engouement : une imposante littérature est née, un énorme travail de terminologie a été mené, le breton sait tout dire et a créé son propre univers médiatique, digital et éducatif.

D'où le développement des écoles bilingues ou immersives Diwan à l'ouest de la Bretagne mais aussi à l'est… où le breton n'a jamais été parlé ! « C'est une perversion de l'idée de départ : redonner la fierté de leur langue aux Bretons. Mais la langue n'a jamais été la même à Quimper et à Ancenis ! Des écoles en breton à Roscoff c'est formidable et ça fait sens, mais à Vitré ? Pour les Gallos, c'est une double aliénation : ils sont censés redécouvrir une langue qui n'est même pas la leur ». Ce qui n'empêche pas l'ouverture régulière de nouvelles classes et de nouvelles écoles en plein pays gallo. Car le breton est en vogue ! Et la langue mérite cet engouement : une imposante littérature est née, un énorme travail de terminologie a été mené, le breton sait tout dire et a créé son propre univers médiatique, digital et éducatif. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest