L’éditorial culture de Romaric Sangars : Ni le commerce ni la paix

 

 

Ce qui est étonnant dans les caractéristiques de notre époque, c’est sa lenteur. Les effarés des réseaux opposeront à cette assertion l’accélération du débit Internet ces vingt dernières années. Certes, mais si ce qui est transmis plus vite n’évolue que très lentement, vu que seule l’information constitue un réel contenu et non le médium qui la transmet, on admettra que patiner plus férocement dans la boue ne constitue pas une accélération significative.

 

 

Or, quand on lit le journal de Richard Millet qui consigne des souvenirs d’il y a vingt ans, on se rend compte que presque rien n’a évolué à Saint-Germain-des-Prés depuis. Presque rien. Les mêmes personnes, les mêmes tabous, les mêmes thèmes. C’est tout de même incroyable, quand on y pense. De 1899 à 1919, on passe de Mallarmé à Breton, du symbolisme au surréalisme, de Engels à Bergson, de Klimt à Picasso, de la splendeur raffinée de la Belle Époque à la griserie panique des années folles. Ça, sans jugement de valeur, c’est du progrès sensible.

 

Lire aussi : L’éditorial de Jacques de Guillebon : Frère humain qui avec nous

 

Entre 1999 et 2019, en revanche, on est passé de Jeff Koons à Koons, du politiquement correct au politiquement correct, de Christine Angot à Angot et de Michel Houellebecq à Houellebecq. Au moins, Sollers est mort… Ah, non, même pas, me dit-on, puisque mes camarades me conseillent en dansant autour de moi afin de fêter un bouclage qui n’est pas achevé pour tout le monde. Avec la chance qui est la mienne, il mourra le jour de publication de cet édito. Et on m’accusera. Bref, tout semble nous dire que nous sommes bloqués dans une stase. Plus grand-chose ne change. 

© L’Incorrect mais servez-vous

Certains me disent : « Les boomers tiennent tout. Les boomers ne lâchent rien. Ils aiment leur domination, le commerce et la paix ». Je leur réponds qu’il est possible que cette lenteur soit le signe d’une phase particulière. Une phase où les bouleversements se jouent dans une dimension si profonde que la surface paraît calme. Nous sommes à un moment où ce qui se joue est métaphysique, anthropologique, eschatologique, même. Peu de formes nouvelles apparaissent, si l’on compare à la merveilleuse profusion des deux siècles derniers. Non, peu de formes nouvelles. Mais si l’on plonge un peu, tout se joue dans les fondations. C’est peut-être pour cela qu’un Tillinac s’attaque à l’éternel féminin, à ce qui détermine de manière profonde notre civilisation et ce qui est le plus menacé par les totalitarismes actuels. Cette fragilité du féminin, cette fragilité face au féminin, cette dissymétrie de la différence sexuelle, ce beau danger de la séduction. Notre époque de victimisation générale déteste à la fois la force et la faiblesse, et le fait de mettre en danger les autres parce qu’on domine ; et le fait d’oser, vulnérable, se mettre en danger. Elle n’aime ni David, ni Goliath, ni Roméo amoureux, ni Elvis triomphal, mais elle tolère Roméo Elvis.

 

Lire aussi : Nous Finirons ensemble : série culte d’une génération de fumiers

 

C’est par conséquent une époque parfaitement plate et méprisable, mais qui nous présente des enjeux formidables : tout est bas, il nous faut tout revoir à la hausse. Il nous faut rester polémiques, intransigeants, irrécupérables, parce que nous ne voulons ni le commerce ni la paix. Nous voulons la grandeur qui persiste et ce qui rend évident son règne : la vraie vitesse, celle de l’Esprit qui embrase, celle de l’Esprit qui bouleverse, celle de l’Esprit qui heurte.

 

Romaric Sangars

Journaliste & écrivain

rsangars@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This