Skip to content

Marc Billig : « Si l’on ampute l’homme de sa dimension verticale, on en tue une partie »

Marc Billig est l'organisateur de la manifestation qui a rassemblé hier devant la cathédrale de Nantes plusieurs centaines de laïcs pour réclamer le maintien de la célébration de la messe. Il répond aujourd'hui aux questions de L'Incorrect.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Quelles étaient les revendications qui vous ont poussé à organiser ce rassemblement ?

L'objectif se résume en une phrase : obtenir l'autorisation d'assister à la messe. Nous sommes des laïcs, des croyants de base au sein de l'Église et nous avons besoin de pouvoir assister à la messe. C'est un besoin essentiel. Tout simplement.

Les autorités ont-elles été coopératives pour l'organisation de votre manifestation ?

Oui, tout à faut. Nous avions déclaré en préfecture le rassemblement. La préfecture nous a juste demandé des garanties au sujet des mesures sanitaires. En dehors de ce point précis, il n'y a eu aucun obstacle.

Quelle est l'assistance qui a répondu présent à ce rassemblement ?

C'était très varié. Et c'est quelque chose qui nous a fait réellement plaisir. On avait un peu toutes les facettes du monde catholique qui étaient représentées. Du charismatique au traditionaliste, en passant par le progressiste et la Fraternité saint Pie X (l'organisateur est familier des messes tridentines célébrées par des prêtres de la Fraternité saint Pierre, incardinés dans une paroisse diocésaine, NDLR), ainsi que des paroissiens diocésains au sens strict. Même si parfois, au sein de l'Église il y a des querelles de chapelle, elles étaient totalement oubliées dans la perspective d'un objectif commun. C'était l'unité des catholiques telle que nous la rêvons.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest