Skip to content

Marche pour la vie : « Il faut que les Français prennent conscience de la gravité des lois bioéthiques »

Le dimanche 17 janvier, la Marche pour la vie organise au Trocadéro à partir 14h une grande manifestation pour s'opposer aux projets de loi bioéthique portés par la majorité. Pour Nicolas Tardy-Joubert, conseiller régional d’Île-de-France et président de la Marche pour la vie, il est anormal que la majorité porte ces textes en pleine crise sanitaire, et appelle les Français à participer en masse à la manifestation, ce qui sera rendu possible à distance via l'application Zoom.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Crédit : enmarchepourlavie

En quoi consistera la manifestation physique, dans l’éventualité où les conditions pour manifester ne se durcissent pas ?

Le collectif d’association de la Marche pour la vie, comme il le fait régulièrement, descendra dans la rue le 17 janvier. Il y aura une manifestation statique sur la place du Trocadéro entre 14h et 17h avec d’abord un village d’associations dans lequel les gens pourront circuler. Le rassemblement commencera à 15h avec ceux qui pourront être à Paris dans le respect des consignes sanitaires. Nous sommes autorisés à accueillir jusqu’à 5 000 personnes en présentiel. Et compte tenu de la situation exceptionnelle et des contraintes de circulation, nous allons innover en lançant une grande manifestation numérique sur Zoom. Nous espérons qu’un maximum de Français nous rejoindra malgré la distance. Un grand écran permettra d’associer tous ceux qui participent à la marche de quelque manière que ce soit. Peut-être qu’il y aura des informations supplémentaires au cours de la semaine, mais pour l’instant c’est ce qui est prévu.

Pensez-vous que ce type de manifestation virtuelle peut avoir un impact ?

Oui bien sûr. Faire une manifestation de quelque manière que ce soit nous permet de diffuser notre message, d’avoir un contact avec la presse et un retentissement sur les réseaux sociaux. Nous sommes tout à fait opposés aux projets et propositions de loi qui seront discutés dans les semaines et mois à venir. D’abord, il y a au Sénat l’examen d’une proposition de loi sur le rallongement des délais de l’IVG et la suppression de la clause de conscience. Il faut ajouter à cela le projet de loi bioéthique qui revient. Et si nous descendons dans la rue, c’est parce que nous avons des revendications politiques et que nous voulons clairement expliquer pourquoi nous y sommes opposés. Comme d’habitude, beaucoup de jeunes et de bénévoles seront présents sur place. Mais nous nous adaptons avec cette conférence Zoom et cette manifestation étant innovante, je pense qu’elle peut avoir un impact important.[...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest