Skip to content

Megxit : la disneylisation de la famille d’Angleterre

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Louis Lecomte pour L'Incorrect

Les appels du pied du Prince Harry en direction du patron de Walt Disney font vaciller les Windsor dans le nouveau monde en marche. A moins que cette histoire ne révèle au fond l’âme anglo-saxonne.

 

Autant se l’avouer tout de suite, la fuite de Meghan Markle, les airs renfrognés de Harry et le devenir du petit Archie ne devraient pas provoquer autre chose que des sourires hilares pour les Français que nous sommes devant ce déballage de linge sale en public. D’autant que si nous avons tranché la tête de notre roi, il s’agissait d’une tête de Capétien. Une tête millénaire donc, une tête auguste, une tête qui avait au fond de la gueule ; issue d’une des plus vieilles familles d’Europe loin du côté boutiquier de la famille Windsor, amenée au XVIIe siècle finissant dans le fourgon de marchandises d’un parlement britannique qui, quelques années auparavant pour une question de taxes avait décapité à gros bouillons, Charles Ier Stuart. Il plane ainsi sur cette famille anglaise, dès son accession au trône, un fumet de vénalité. Une petite musique d’arrière-cuisine où l’on monnaye et l’on achète, en tout cas où l’on compte. Une musique qui servait d’ailleurs de menuet à la réunion de ce lundi 13 janvier. Combien le couple pouvait-il continuer à toucher de papa et mamie tout en conservant le droit de faire prospérer la marque « Sussex Royals » ? 

 

Lire aussi : La guerre des étoiles, une saga assassinée

 

Au fond, l’aspiration des Sussex à une vie ordinaire est louable en soi, ce qu’il l’est moins, c’est leur désir d’émancipation sur une marque, celle de la famille royale, dont ils se détournent à la première difficulté pour en conserver les seuls avantages. A ce titre, et sans aucunes acrimonies particulières pour une personne que je ne connais pas, l’interview plaintive de Megan Markle interroge quelque peu. Devenir un gibier à paparazzi n’est vraisemblablement pas très agréable au quotidien même s’il est étonnant qu’une starlette du petit écran se plaigne de ce type de compagnonnage, ascenseur équivoque vers la lumière. Passons aussi l’évocation de la maternité et de ses fragilités et mettons-le sur le compte d’une jeune femme américaine très libre dans le partage de ses émotions et de sa sensibilité.

« Plus libres, plus fraîches ces Américaines ! » ont d’ailleurs entonné certains commentateurs, en convoquant les mannes de la pauvre Wallis Simpson. Soit. Je préfère perfidement vous orienter vers la (re)lecture de l’oeuvre d’Agatha Christie où, en plus d’enquêtes subtiles et d’une vision sociale et historique toujours légère, on rencontrera à de nombreuses reprises de pauvres lords en prise au divorce avec des actrices américaines, généralement légères et incultes… et qui contre toute attente vont se réfugier dans les plis épais d’une robe rêche en tweed Prince de Galles, évocation de fragrances liée à l’enfance, aux courses de chevaux ou à la pluie automnale sur des vergers, près d’un austère manoir… Gare à ce qui t’attend cher Harry.

 

De fait, la pitoyable séquence qui s’est étalée généreusement dans la presse est un avatar supplémentaire de l’avachissement, non pas de la seule monarchie, mais du sens du devoir.

 

De fait, la pitoyable séquence qui s’est étalée généreusement dans la presse est un avatar supplémentaire de l’avachissement, non pas de la seule monarchie, mais du sens du devoir. Ce que Brunet à l’antenne de RMC qualifiait lundi dernier de « tenir la baraque parce que tu es né Windsor ». Un privilège tranchant, vraisemblablement pesant mais nettement moins que les vies des gamines enceintes à 15 ans dans les Midlands ou des enfants de Falls road à Belfast. Cette volonté de fuir ses responsabilités est le fruit d’une époque où de façon générale les têtes couronnées ne se réduisent qu’à des célébrités pérennes et ce qui me fait venir spontanément en tête le dicton cher à notre peuple terrien que décidément les Sussex crachent sacrément dans la soupe. On pourra me reprendre en mettant en avant la figure tutélaire d’Elisabeth II qui fait le job depuis 67 ans avec, je le reconnais une sobriété non dénuée d’élégances. Mais ça, c’était avant. Avant que le prince Harry et son épouse souhaitent jouir sans entraves, et assez mesquinement, de leurs petits privilèges, sans à côté devoir s’épuiser dans des cérémonies à rallonge et des inaugurations de bibliothèques.

 

Lire aussi : Espagne : le gouvernement contre la loi ?

 

Le contrat avec The Walt Disney Company arrive à point nommé : piller pour mieux les déformer les trésors culturels et patrimoniaux de la vieille Europe ; ici, arracher par le mariage un titre et une certaine idée du lustre d’antan pour le rentabiliser à max et faire du fric et du pognon sur la marque « Sussex Royals » comme d’autres, légitimement pour le coup, avec « Royal canins ». Tu parles d’une vie ordinaire ! Passer d’être oisif à la fructification d’une rente, du petit pactole, des petits bas de laine sans payer les intérêts que représentent quelques clichés ! Quelle avancée ! Avec des histoires de la sorte, dépouillé de la grande histoire que fait encore régner au-dessus de la Tamise l’ombre d’Elisabeth II, le Royaume-Uni est au fond de plus en plus une république qui s’ignore. Arrêtons donc de japper enfantinement devant les soubresauts du family show pour nous intéresser davantage à notre jolie contrée.

 

Par Jean Dy

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This