Skip to content

Mitterrand, le roi fantoche

Bien abrité derrière la cohabitation qui lui a évité toute prise de risque, Mitterrand a tout de même pu user de cette position de monarque républicain pour insuffler son dessein à la France, et ce sans nuire à sa posture.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© DR

Dépossédé de son aura de gauche après le virage libéral de 1983, François Mitterrand s’est réfugié dans la seule voie possible pour sauver l’honneur : la posture. La cohabitation, qui vient rapidement après son retournement, ne pouvait pas mieux tomber. Selon la formule consacrée, le président de la Ve République devrait être une sorte de « monarque républicain », allié à un chef de gouvernement. Le général de Gaulle, conscient de la nature catholique et par conséquent profondément royaliste de la France, avait tenté, pour le pire et le meilleur, la synthèse « républicano-monarchique », lors de son retour aux affaires en 1958. Le peuple français exigeait (et aujourd’hui encore) un père de la nation, il fallait lui en donner un.

. De responsable de la grande déception dans les milieux ouvriers de l’époque, il devient le nouveau roi fainéant, et laisse à son Premier ministre Jacques Chirac la responsabilité de tous les maux du pays

C’est ainsi qu’une trentaine d’années plus tard, en mars 86, le destin donna à Mitterrand l’occasion de ne plus rien décider, de se placer au-dessus des problématiques de partis, de ne parler que pour les occasions symboliques et régaliennes, et de rester au-dessus des basses contingences. De responsable de la grande déception dans les milieux ouvriers de l’époque, il devient le nouveau roi fainéant, et laisse à son Premier ministre Jacques Chirac la responsabilité de tous les maux du pays. Sans lui, qui sait s’il aurait pu se faire réélire deux ans plus tard ? Car c’est la droite qui a dû assumer la politique pourtant impulsée par le « dieu caché » Mitterrand[...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest