Skip to content

Quotidien toujours en première ligne de l’indécence

Le 3 mars, l'Institut français d'opinion publique publiait une étude sur la perception de la laïcité et la place des religions chez les lycéens. Commandée par la LICRA, l'étude montre l'opposition de la majorité des jeunes – et particulièrement des jeunes musulmans – au droit au blasphème et à la critique des religions. Il n'en fallait pas plus à l'équipe de l'émission d'extrême gauche « Quotidien » pour s'alarmer, non pas des résultats de l'étude, mais des « munitions » qu'ils pourraient fournir à l'extrême droite.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Capture d'écran - TF1 - Quotidien

Hier, Quotidien ouvrait la deuxième partie de son émission avec un reportage sur l’étude de l'Institut français d'opinion publique (IFOP) concernant la perception de la laïcité chez les lycéens français. Déjà le résumé du « replay » laisse pantois : « D’après une enquête Ifop, la jeunesse française a une vision de la laïcité bien différente de ses aînés, plus inclusive, plus tolérante. Un changement de cap qui inquiète parfois ». « Plus inclusive et tolérante », l’ancienne compagne et le fils de Samuel Paty apprécieront certainement. Tout comme Didier Lemaire, le professeur de philosophie de Trappes obligé de démissionner de l’Éducation nationale, car menacé de mort pour avoir dénoncé la montée de l’islamisme dans sa ville.

Le journaliste de Quotidien Paul Gasnier, rappelle pour commencer les principaux chiffres de l’étude, à savoir que plus d’un élève sur deux se déclare favorable à l’autorisation du port de signes religieux à l’école (contre 42% il y a une décennie), et que 78% des lycéens musulmans refusent le droit au blasphème contre 45% des catholiques et 47% des « sans-religions ». Il s’agissait visiblement d’une surprise pour le journaliste. S’en suit une séquence absolument hallucinante où celui-ci se rend à l’IFOP afin d’y interroger François Kraus, directeur des études de l’institut. « Vous avez mis un sacré bazar avec ce rapport », ce à quoi le directeur répond qu’il n’était pas étonné des résultats. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest