Skip to content

Remaniement ministériel en Espagne : l’ambassadeur à Paris devient MAE

Ce samedi, le chef du gouvernement espagnol Pedro Sánchez (PSOE) a annoncé un large remaniement ministériel. Jusqu'alors ambassadeur à Paris, le francophile José Manuel Albares a été nommé ministre des Affaires étrangères, pour remplacer la très controversée Arancha Gonzalez Laya. De quoi espérer une politique espagnole pro-française ?

Partage

© Capture d'écran YouTube

Cela faisait plusieurs semaines, pour ne pas dire plusieurs mois, que la rumeur courait outre-Pyrénées. Toutefois, c’est seulement ce samedi 10 juillet que le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez (PSOE), l’a officiellement annoncé : un large remaniement ministériel a eu lieu à Madrid. L’objectif affiché du chef de l’exécutif social-démocrate est clair : donner un nouveau souffle à la présente législature. Elle a effectivement dû affronter en un peu moins d’un an et demi la pandémie de coronavirus (avec des résultats peu concluants), une nouvelle crise économique, plusieurs élections régionales et des scandales à répétition.

La valse des portefeuilles ne devait pas toucher les ministres issus d’Unidas Podemos (coalition de gauche « radicale » qui gouverne aux côtés des socialistes), en vertu du pacte passé entre les deux forces en janvier 2020. Cet accord aura été respecté puisque seuls des ministres socialistes ont été contraints de quitter leurs fonctions ou de changer de ministère.

De fait, le remaniement est considérable car plusieurs poids lourds du PSOE ont perdu leur maroquin, souvent à la suite de graves désaccords internes.

Lire aussi : Espagne : Le rêve européen se dissipe

C’est le cas de la première vice-présidente du gouvernement, en charge de la Présidence, des Relations avec le Parlement et de la Mémoire démocratique, Carmen Calvo, qui aura payé cher son rejet de la « Loi Trans » portée par la ministre de l’Égalité, Irene Montero (compagne de Pablo Iglesias). Calvo perd sa vice-présidence au profit de la ministre en charge des Affaires économiques et de la Transformation numérique, Nadia Calviño. Cette ancienne fonctionnaire communautaire sera amenée à jouer un rôle fondamental dans la réception et la répartition des fonds que l’Union européenne doit distribuer à ses États-membres afin d’en favoriser la relance. Quant à Félix Bolaños, homme de confiance de Pedro Sánchez et négociateur de l’alliance entre socialistes et gauche « radicale », il hérite des autres portefeuilles de Carmen Calvo. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest