Skip to content

Sélectron : quand Macron et le gouvernement s’opposaient au nucléaire

Alors que le prix de l'électricité s'envole et que des pénuries s'annoncent, le gouvernement se cherche des excuses, revendique son virage pro-nucléaire et rejette la faute sur la guerre en Ukraine. C'est pourtant Emmanuel Macron et ses gouvernements successifs, en priorisant le renouvelable, qui ont pavé le chemin aux coupures d'électricité de demain. Petite piqûre de rappel avec ce sélectron de leurs pires sorties anti-nucléaire.

Partage

© DR

8 – « Cet événement [la fermeture de Fessenheim], annoncé et repoussé de manière récurrente par les précédents gouvernements […] constitue une première étape dans la stratégie énergétique de la France, qui vise un rééquilibrage progressif entre l’électricité d’origine nucléaire et l’électricité d’origine renouvelable. » Édouard Philippe, Premier ministre, communiqué de Matignon, 19 février 2020


7 – « Je n’ai pas été élu, pour ma part, sur un programme de sortie du nucléaire, mais sur une réduction à 50 % de la part du nucléaire dans notre mix électrique, et je tiendrai cet engagement. » Emmanuel Macron, président de la République, présentation de la programmation pluriannuelle de l'énergie, 27 novembre 2018


6 – « Ça fait des années qu'on disait : 'Il faut fermer des centrales nucléaires'. Il y a ceux qui en parlent, et puis il y a ceux qui le font. Nous, on le fait. » Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, France 2, 30 juin 2020 [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest