Skip to content

La semaine de L’Incorrect #12

Partage

L’ordre moral est plus fort que jamais, tyrannisant les humoristes, les créateurs ou le personnel politique. Pour durer dans les médias, il faut rester correct en toutes circonstances, ne jamais se laisser aller à des plaisanteries d’un goût douteux, manger son quinoa quotidien et boire son thé matcha glacé. Le carcan rigide de Big Mother représente une forme d’hygiénisme (in)sécuritaire, pendant maternaliste de l’hédonisme sécuritaire. Le rouleau compresseur hystérique aura encore fait de nouvelles victimes cette semaine ! La semaine politique de L’Incorrect reviendra à la rentrée 2018. En attendant, mangez du foie gras tant que les vegans n’ont pas interdit sa fabrication.

 

Européennes 2019 : Rien n’est joué !

 

Commençant son quinquennat avec une popularité relativement basse, Emmanuel Macron a su inverser la tendance, un phénomène rare hors périodes de cohabitation. Le sondage IFOP commandé par Le Figaro à propos des futures élections européennes de 2019 montre que la majorité gouvernementale dispose d’une belle assise électorale. Si l’élection se déroulait aujourd’hui, la liste LREM-Modem arriverait assez largement en tête, forte de 26 % des voix. En deuxième position, le Front National se maintiendrait à un niveau honorable (17 %), en dépit d’une baisse par rapport au scrutin de 2014. Dans un mouchoir de poche aux troisième et quatrième places, La France Insoumise et Les Républicains obtiendraient respectivement 14 % et 12 % des suffrages exprimés.  Loin derrière, le Parti socialiste serait à 8 %, confirmant la chute observée à la dernière élection présidentielle. Score auquel il faudrait peut-être ajouter les 4 % d’Europe-Ecologie-Les-Verts et les 2 % du Parti communiste français. À l’opposé du spectre, les formations souverainistes ont du mal à exister, exception faite de Debout La France qui pourrait faire son entrée au Parlement de Strasbourg, avec 6% des scrutins et donc 5 députés. Les Patriotes (2 %) et l’UPR (1,5 %) seraient au même niveau, sans élus, se partageant les miettes. Si les scores en restaient là, l’échec serait immense pour Florian Philippot. La photographie donnée par ce sondage témoigne de la pertinence du positionnement d’Emmanuel Macron, central dans la vie politique française. Au juste, le score de LREM est le seul fait acquis et prévisible de l’enquête. L’étude de l’IFOP montre aussi les capacités de résilience du Front National, pion toujours très important du jeu politique, cristallisant une forte partie de l’opinion autour de thématiques sur lesquelles la formation de Marine Le Pen tend à avoir un monopole, malgré une baisse logique. À ce stade, il sera difficile d’affirmer quoi que ce soit. La temporalité politique n’est plus la même, considérablement accélérée par les médias de masse, et tous les observateurs savent ce qu’une campagne peut changer, au moins à la marge. Rien n’est donc joué !

 

Emmanuel Macron en caméra dynamique

Dans un entretien formellement étonnant diffusé dimanche 17 décembre sur France 2, tourné en caméra dynamique à travers les pièces du palais de l’Elysée, Emmanuel Macron est apparu offensif et déterminé comme à l’accoutumée. Celui qui fêtait son quarantième anniversaire près du château de Chambord, affichant par là son goût de l’histoire de France, s’est longuement attardé sur quatre dossiers : la Syrie, où il a affirmé que la priorité était d’abattre l’Etat islamique, se déclarant même prêt à discuter avec Bachar Al-Assad à l’issue du conflit ; le climat, s’engageant à fermer toutes les centrales thermiques et à charbon durant son quinquennat, tout en continuant à défendre le nucléaire français ; l’audiovisuel public qui doit être profondément transformé ; et, la bataille de l’emploi, jurant que les premiers résultats se feraient jour dans deux ans. Les Français jugeront les résultats.

 

Une réforme pas si dure que ça

Pour les médias, particulièrement Le Monde, le gouvernement préparerait « une réforme dure » sur la question migratoire. Les associations ont manifesté leur inquiétude face à ce qui s’annonce comme un arsenal législatif « répressif ». Ces mêmes associations qui, selon Contribuables associés, perçoivent des dizaines de millions d’euros de l’Etat tous les ans. Dans le top 10 des associations les mieux dotées en fonds publics, on trouve ainsi Coallia (aide à l’accueil et à l’hébergement des réfugiés) ou bien France terre d’asile dont l’objectif affiché est de « promouvoir, auprès de l’opinion et des pouvoirs publics, toutes les activités favorables au développement de la tradition d’asile et des migrations de droit, quelle que soit la conjoncture politique et économique ». Il faut bien comprendre que ces gens ne seront pleinement satisfaits que le jour où la France ouvrira en grand toutes ses frontières. Il n’est donc pas surprenant que les associations soient vent debout contre une réforme qui pourrait réduire le délai de traitement des demandes d’asile, allonger la durée de légale de rétention dans les Centres de rétention administrative ou revoir les procédures d’éloignement des déboutés du droit d’asile. Autant de mesures de bon sens qui pourraient d’ailleurs se fracasser contre le mur des réalités. La Commission des lois du Sénat prédisait en novembre que l’exécutif ne pourrait même pas tenir ses engagements actuels en matière d’éloignement. Les Sénateurs de la Commission des lois ont ainsi déclaré que « si le Président de la République a annoncé, le 15 octobre 2017, son intention d’expulser les étrangers en situation irrégulière ayant commis un délit, son gouvernement n’y consacre pas les moyens nécessaires ». En effet, le projet de loi de finances pour l’année 2018 ne prévoit le budget que pour 14.500 éloignements forcés, soit moins qu’en 2014 et 2015 ! Rapportés par Le Figaro, les propos du sénateur Buffet feraient même froid dans le dos, ce dernier jugeant que la lutte contre l’immigration irrégulière est toujours le maillon faible de la politique migratoire : « 92.076 mesures d’éloignement ont été prononcées en 2016 et seules 18 % d’entre elles ont été réellement exécutées, soit par un éloignement spontané, soit par un éloignement aidé, soit par un éloignement forcé. Pour cette seule année 2016, 75.587 personnes se sont maintenues sur le territoire français malgré la mesure d’éloignement prononcée à leur encontre. » Le projet de loi porté par Gérard Colomb pourrait donc ne pas suffire. Afin de vraiment lutter contre l’immigration de masse, la France doit forcer certains pays à accepter les mesures d’éloignement (Maroc, Tunisie), veiller à l’application des accords de Dublin, et, surtout, considérablement renforcer les moyens de la police. Ce n’est pas gagné !

 

Un Laurent de Médicis en péninsule arabique ?

Qui a acheté le « Salvator Mundi » de Leonard de Vinci pour 450,3 millions d’euros ? Pour le New York Times, il s’agirait de Mohammed ben Salmane. Oui, oui, vous avez bien lu : le prince héritier d’Arabie saoudite en personne. Il s’est aussi porté acquéreur de la propriété privée la plus chère au monde, le château de Louveciennes (Yvelines). Ce château n’est pas un monument historique, mais une construction neuve de 2011 de la société Cogemad, bâti avec des techniques et des matériaux de l’époque de la Renaissance. Mohammed ben Salmane se rêverait-il en Laurent de Médicis de la péninsule arabique ?

 

Une vidéo d’OVNI

Ancien sénateur démocrate du Nevada, Harry Reid a diffusé un message sur twitter reprenant une vidéo d’un OVNI filmé par l’US Air Force, indiquant « La vérité est ailleurs. Sérieusement ». Il faut dire que la vidéo en question est impressionnante, ravivant en chacun de nous ces souvenirs d’enfance où, scrutant le ciel étoilé, nous espérions y trouver une soucoupe volante. Datée de novembre 2004, la vidéo aurait été envoyée au New York Times par  Luis Elizondo, ancien agent des services de renseignement militaire qui a rejoint la start-up To The Stars (finance la recherche sur les phénomènes aérospatiaux inexpliqués), après que le Pentagone a arrêté de financer l’Advanced Aviation Threat Program (programme d’identification de menace aérospatiale élevée, en service entre 2007 et 2012). Contrairement à un lieu commun solidement ancré dans les esprits, OVNI n’est pas synonyme d’extra-terrestre. Du reste, il n’a pour l’instant jamais été prouvé qu’un seul OVNI était une machine pilotée par une intelligence non-humaine.

 

La spirale hygiéniste est sans fin

Une plaisanterie mal placée. Un seul tout petit dérapage. Cela suffit désormais à détruire une vie professionnelle, à la réduire à néant. L’humoriste TeX peut en témoigner, évincé manu militari de France 2 pour une blague de travers prononcée fin novembre à l’antenne de « C’est que de la télé » sur C8. « Les gars, vous savez ce qu’on dit à une femme qui a déjà les deux yeux au beurre noir?? On ne lui dit plus rien?! On vient déjà de lui expliquer deux fois?! » a ainsi lâché l’animateur des horribles Z’amours. Maladroit ? Peut-être. Mais une mauvaise blague vaut-elle un assassinat social ? Abandonné face à la meute enragée par la majorité de ses confrères, il a néanmoins pu compter sur le soutien de Stéphane Guillon, Anne Roumanoff ou encore Jean-Yves Lafesse. Dans un texte publié sur Facebook, le spécialiste des canulars improvisés dans la rue a appuyé là où ça fait mal : « Ben quoi, les comiques, vous avez peur ? De perdre vos entrées sur France 2 ? Vous faire défoncer par le Nouvel Ordre Moral ? Tout le monde sait qu’on perd tous les jours un peu plus de liberté, dans tous les domaines et il n’y aurait que les comiques qui ne l’auraient pas remarqué, ou feindraient-ils de ne pas le voir ? Dans les années 80, 90, 2000, pourtant vous en avez fait, tous, des sketchs sur les nanas, les noirs, les arabes, les juifs, les gays, les Belges, les nains, bref, tout le monde y est passé ». Cet ordre moral dénoncé par le susnommé Lafesse nous prend à la gorge, nous empêche littéralement de respirer. Le tabac tue ? Arrêtons de montrer des personnages de fiction la cigarette à la bouche, qu’importe le réel. L’alcool est dangereux pour la santé ? Mettons une étiquette « Boire Tue » sur les bouteilles de Bordeaux. La spirale hygiéniste est sans fin, vorace, prête à tout avaler. Rien que ce week-end du 15 décembre, deux jeunes vedettes ont failli être découpées au hachoir. Citons notamment Antoine Griezmann qui, pour s’être déguisé en basketteur afro-américain, a été copieuse insulté sur les réseaux sociaux, accusé d’avoir développé un racisme latent et d’imiter les « blackfaces » du cinéma du siècle dernier. On remarquera que le Robert de Beaumont africain de la BBC ne dérangeait personne, mais alors personne. Quant à la nouvelle miss France, Gilles Verdez a demandé au CSA de « lui retirer sa couronne » parce qu’elle a comparé la coiffure de la précédente miss France à une « crinière de lionne », ce qui serait outrageant pour les femmes de couleur…

 

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest