Skip to content

Zemmour parle trop selon Stéphane Séjourné

Stéphane Séjourné, conseiller politique de Macron, propose de décompter le temps de parole d'Éric Zemmour sur Cnews, au nom de la « pluralité d’opinions ». Une nouvelle preuve du rapport ambivalent des démocrates au libre débat.

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
© Capture d'écran CNews

Mesurer le temps de parole des chroniqueurs et éditorialistes engagés dans les médias, telle est la dernière idée farfelue proposée par le conseiller politique d’Emmanuel Macron, Stéphane Séjourné, dans une interview publiée par L’Opinion, ainsi que chez France Inter. « On assiste à un renversement des débats: le présentateur star invite des politiques pour mettre en valeur ses propres idées ». Éric Zemmour est évidemment dans le viseur, lui dont l’émission Face à l’info sur CNews réalise chaque soir des records d’audience. De quoi mettre en danger les candidats LREM à quelques semaines des élections régionales.

Pour une fois qu’une émission de droite a du succès, voilà qu’on se fait du souci pour le pluralisme et l’équité (alors que le succès de CNews est précisément preuve de pluralisme), tandis que les éditorialistes gauchistes sévissent depuis des années sur Radio France sans que Stéphane Séjourné ne se soit inquiété outre-mesure. Ironiquement, il exprime son mécontentement sur France Inter, où les éditorialistes ne brillent pas non-plus par leur neutralité : dernièrement, ils n’ont par exemple pas traité l’agression de la procession catholique par des antifas. Mais dans son esprit, Zemmour est assurément le seul éditorialiste marqué politiquement. Et comme toujours en macronie, la prise de position reste prudente : « Je pense qu’il y a une réflexion à mener. Il faut ouvrir ce débat ». Peut-être a-t-il entrevu l’absurdité de sa suggestion ?

Lire aussi : Sélectron des citations (retravaillées) d’Éric Zemmour

Il est vrai que la loi sur l’audiovisuel de 1986 exige dans chaque média une certaine pluralité d’opinions en période électorale. Ce n’est pas le cas pour la presse écrite, où chaque journal peut suivre une ligne éditoriale ferme tant que l’ensemble du spectre politique est couvert par l’ensemble de la presse, et que chaque titre peut être vendu dans tous les kiosques sans discrimination. Pour les émissions, le temps de parole par parti politique doit être décompté, et réparti de manière équitable. « Les services de radio et de télévision transmettent les données relatives aux temps d'intervention des personnalités politiques dans les journaux et les bulletins d'information, les magazines et les autres émissions des programmes au Conseil supérieur de l'audiovisuel » rappelle le texte de loi. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Pin It on Pinterest