Skip to content

Abbé Raphaël Duchamp : « Le déracinement vient couper le peu de foi et de pratique qui perdurent »

Nommé dans une paroisse rurale de l’Hérault depuis septembre, l’abbé Raphaël Duchamp assiste au quotidien à la désertion des églises et à la décatholicisation des campagnes. Ce qui n’entame en rien sa joie et son espérance.

Partage

© Abbé Raphaël Duchamp

Pouvez-vous nous présenter rapidement les caractéristiques de votre paroisse ? 

Je suis prêtre dans la paroisse de Lodève au nord du diocèse, à cheval sur le piémont pyrénéen et le début du plateau du Larzac. Nous sommes deux prêtres dans une paroisse qui regroupe environ 28 communes, 35 églises et près d’une quinzaine de chapelles. Pour gérer tous ces clochers, on fonctionne de la manière suivante : la grand-messe du dimanche est célébrée à la cathédrale de Lodève ; pour le reste, la paroisse est découpée en trois secteurs qui chacun a une messe le samedi soir ou le dimanche matin. Pour vous donner un ordre d’idée, il y avait 124 prêtres séculiers avant la Révolution française sur l’ancien diocèse de Lodève, aujourd’hui il y en a sept en activité dont deux ont plus de 75 ans. 

Sociologiquement, de quelle France s’agit-il ? 

Avec environ 7 000 habitants, Lodève est assez miséreux : près de 50 % de la population se trouvent sous le seuil de pauvreté. Environ un tiers de la population est issu de l’immigration nord-africaine. Et il y a quelques zadistes aussi! En clair, la situation matérielle et morale est assez précaire. Aux alentours, on se trouve dans la ruralité profonde : le plus petit village possède à peine 35 habitants ! 

« Depuis mon arrivée, je sens qu’il y a encore une certaine attente vis-à-vis de l’Église, plus forte qu’en ville, même si elle s’étiole »


Abbé Raphaël Duchamp

Séminariste puis prêtre à Montpellier, vous avez atterri à la campagne en septembre dernier. Quels changements pour votre ministère ? 

L’apostolat est beaucoup moins spécialisé. À Montpellier, nous étions relativement nombreux donc je m’occupais particulièrement de la jeunesse. Ici, j’ai une grosse part d’apostolat classique : célébrer les baptêmes et mariages, visiter les gens et les malades, passer de village en village, etc. L’apostolat est itinérant, je passe beaucoup de temps en voiture. En ce qui concerne la population, les gens sont plus simples qu’en ville, sans esprit bourgeois. Depuis mon arrivée, je sens qu’il y a encore une certaine attente vis-à-vis de l’Église, plus forte qu’en ville, même si elle s’étiole. Ils sont contents d’avoir un prêtre parce qu’ils savent qu’il n’y en aura plus dans quelques années. Dans les campagnes, il faut connaître les gens et tisser des relations concrètes. Ça n’est pas un travail de masse comme parfois en ville, c’est vraiment un travail de personne à personne. Enfin, il faut adapter l’enseignement : je ne fais pas les mêmes homélies ici qu’en centre-ville de Montpellier, ni même à Lodève que dans les villages alentour. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Partage

En Kiosque
Rejoignez-nous

Newsletter

Aidez L’Incorrect, faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire Credofunding, vous pouvez obtenir une réduction d’impôts de 66% du montant de votre don.

Choisissez le don en ligne en réglant par carte bancaire ou par virement avec le lien ci-dessous ou par chèque, à l’ordre de Fonds de Dotation CredoFunding, à l’adresse suivante :

Fonds de Dotation CredoFunding – L’Incorrect
41 rue Laure Diebold
69 009 LYON

Pin It on Pinterest