Asia Bibi : chronologie d’une captivité en terre d’islam

© Jacques Terpant pour L'Incorrect

9 ans et 5 mois de prison pour blasphème.

 

JUIN 2009.

Asia Bibi, ouvrière agricole chrétienne employée à la récolte de baies falsa (une sorte de cassis) dans la province pakistanaise du Penjab, se désaltère à l’eau d’un puits. Ses collègues l’accusent d’avoir contaminé l’eau réservée aux Musulmans, l’insultent et la battent. Elle est ramenée inconsciente chez elle.

 

Quelques jours plus tard, alors qu’elle travaille au champ, elle aperçoit une foule qui se précipite vers elle, hurlant qu’elle doit être pendue. Elle tente de s’enfuir, trébuche, tombe. Elle est rouée de coups par la foule.

 

Une femme accuse Asia Bibi de blasphème et en informe l’imam local qui transmet la plainte à la police. Le blasphème est passible de la peine capitale selon la section 295C du Code pénal pakistanais. Asia Bibi est incarcérée dans la prison de Multan, à 400 km de ses fillettes et de son mari.

 

Lire aussi : Wilson Chowdhry « Il y a des poches d’extrémisme au Royaume-Uni »

 

NOVEMBRE 2010.

Un premier jugement condamne Asia Bibi à la pendaison.

 

JANVIER 2011.

Salman Taseer, gouverneur musulman du Pendjab, qui milite pour la suppression des lois sur le blasphème et a pris publiquement la défense d’Asia Bibi, est assassiné par son garde du corps.

 

MARS 2011.

Shahbaz Bhatti, ministre chrétien des Minorités religieuses, est abattu par trois talibans pour les mêmes motifs.

 

OCTOBRE 2014.

La sentence de mort d’Asia Bibi est confirmée en appel par la Haute Cour de Lahore.

 

31 OCTOBRE 2018.

La Cour Suprême du Pakistan acquitte Asia Bibi. À 52 ans, après 9 ans et 5 mois de réclusion, Asia Bibi est innocentée. Mais le parti Tehreek-i-Labbaik (TLP), qui a bloqué le pays, orchestrant des manifestations monstres pour intimider les juges, refuse le verdict et réclame la mort d’Asia Bibi. Elle ne quittera la prison que dans la nuit du 7 au 8 novembre tant sa sécurité est compromise.

 

23 NOVEMBRE 2018.

Les leaders du TLP et plus de 3 000 de ses militants sont arrêtés.

 

1er DÉCEMBRE 2018.

Le ministre de l’Information annonce que les leaders sont poursuivis pour trahison et terrorisme.

 

Sylvie Perez

Journaliste

sperez@lincorrect.org

Pin It on Pinterest

Share This